dimanche 26 février 2017

Une paire de monstres


image de l’auteur

Ces deux monstres volants, venus du fond des âges,
Sont toujours dans les airs, ils n’ont pas de maison ;
Leur élégance nue orne le paysage,
Ils planent en hauteur, qu’importe la saison.

Ils sont bien différents des bêtes encornées
Dont le brame aux enfers est parfois entendu ;
Ils ne font rien de mal, de toute une journée,
Ce sont de bons garçons, le respect leur est dû.

Mais c’est un dur chemin pour quiconque les aime :
Prends garde, aéronaute, il est ardu pour toi,
Et puis, si tu les vois, donne-leur ce poème :
D’une bénédiction, ils orneront ton toit.



2 commentaires:

  1. Pour arriver à donner un poème aux deux monstres venus du fond des âges, il faut que le pilote du ballon soit un as.

    RépondreSupprimer