mardi 3 janvier 2017

When wolves live on wind alone



image de l’auteur

Celui qui voit l’arbre sans feuilles
A regret des jours où l’on cueille,
Quand ils sont bien mûrs, tant de fruits ;
Les beaux jours sont partis, sans bruit.

Celui qui garde en sa mémoire
Un écho de sa pauvre gloire
Se repose, vieillard obscur,
Comme un lézard sur un vieux mur.

Celui qui voit s’approcher l’ombre
Rejoindra, parmi les décombres,
Ceux qui, l’hiver, vont observant
Que les loups se vivent de vent.