vendredi 6 janvier 2017

Ronce-Rose



image de l’auteur

En quoi peut consister l’emploi de Mâchefer ?
Fait-il, tel Chevillard, des grimaces au monde,
Ou se promène-t-il sur la terre et sur l’onde
Comme les chevaliers, parfois croisant le fer ?

Sa demeure n’étant ni l’Eden ni l’Enfer,
Il y laisse souvent la demoiselle blonde ;
S’il tarde trop longtemps, vient l’angoisse profonde
Que décrit un carnet, à tout lecteur offert.

L’aventure est risquée, puisque les nuits sont fraîches,
La route est balisée par d’innombrables flèches,
Et ce coeur ne craint point les périls effarants.

Que dois-je retenir de la belle odyssée
Par Maître Chevillard subtilement tissée ?
Est-ce une tragédie, est-ce un bouquin marrant ?

2 commentaires:

  1. Voir aussi

    http://www.lelitteraire.com/?p=27037

    RépondreSupprimer
  2. Je cite un passage de l'article ci-dessus:
    " Che­villard sait qu’avec l’écriture l’on ne dit pas ce que l’on veut.(...) Existe là un pari d’ignorance au sein de l’écriture. Cela émerge sinon de nulle part du moins du fond de l’être où se forment et se déforment les pen­sées en un cor­dial sin­gu­liè­re­ment éner­gé­tique qui est tout le reste du monde et s’oppose à lui.", parce qu'il explique bien le pouvoir énergétique que possède l'acte d'écrire.

    RépondreSupprimer