dimanche 22 janvier 2017

Mirabelle donne l'alerte

 Image de Pierrette

Sur les quatre chemins et en toutes saisons,
L’agriculteur profite enfin de sa retraite,
Il l’a bien mérité, n'a raté qu'une traite,
Douloureux souvenir, en voici la raison ;
Un bel après-midi, rentrant à la maison,
Car il était au champ à court de cigarettes,
Il surprit sa compagne en pleine galipette.
Pour oublier il but bien plus que de raison.
Les vaches ce soir-là, ruminaient dans la grange
Depuis un bon moment, attendant leur vidange,
Quand Mirabelle inquiète, inspecta les abords.
Il était inconscient couché dans les ordures.
Elle lapa en vain plusieurs fois sa figure,
Puis prévint les voisins en beuglant à la mort. 

Vincent

_____

De sinople à une Mirabelle au naturel issant de la pointe


4 commentaires:

  1. Voir le sonnet qui a inspiré celui-là ;

    https://misquette.wordpress.com/2016/12/27/mirabelle-et-linseminateur/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Vincent! comme tu y tiens à ta Mirabelle! Mais tu as bien raison, c'est un véritable personnage.

      Supprimer
  2. Oui, je l'aime bien. Par un moment, je n'en ai plus entendu parlé. J'ai même pensé que c'était fini entre nous et puis elle est revenue, récemment. Tant mieux, parce qu'elle me donne du bon temps. Ca me surprend encore, bien que j'en sois à une quarantaine d'épisodes de sa vie, d'écrire des sonnets à son sujet moi qui suis en admiration devant les livres de Marguerite Duras. Je pensais que si j'écrivais un jour, j'écrirais des livres un peu comme les siens, en tout cas c'est ce que je visais. J'en suis à des années lumières, je n'écris pas de romans mais des sonnets et mon héroïne n'est pas une femme qui perd la raison suite à une déception amoureuse au cour d'une soirée dansante à Calcutta, mais une vache. Je serais incapable de dire combien cela fait de kilomètres, "des années lumières", il faut demander à Cochonfusius. Il a fait un calcul l'autre jour époustouflant, digne d'un polytechnicien, à propos des Fauvettes. Comme j'ai ri ! J'en ris encore, et toi et Luciole qui vous y êtes mis, un grand moment. On a besoin de légèreté pour affronter la lourdeur que la vie peut aussi avoir et question pesanteur, ça ne manque pas en ce moment. Premier pas de Donald Trump à la maison blanche et il menace les journalistes par l'intermédiaire de son porte parole « Nous allons demander à la presse de rendre des comptes ». Il lui reproche à la presse d'avoir sous-estimé l'affluence pendant son investiture. Pas un journal plutôt qu'un autre, non, toute la presse, il faut dire que la presse est unanime. Quand on voir les photos de la police par hélicoptère, y'a pas photo justement, mais peu importe finalement qu'il ai tord ou raison, ce qui me choque, ce qui m'inquiète, c'est qu'il menace les journalistes. Je ne pense pas que l'on assistera à une recrudescence d'assassinats de journalistes dans les jours et mois qui viennent comme ça a été le cas à la suite de l'élection de Vladimir Poutine mais cette façon de les prendre pour cible fait flipper. Comment compte t'il s'y prendre pour régler ses comptes, il va aller devant la justice ? J'en doute fort, on lui donnerait tord. Nous allons voir, je crois plutôt que ça va se régler sous forme de contrôles fiscaux à tout craint, de retrait de subventions éventuelles, il va utiliser ce genre d'armes, il n'en a pas d'autres. Il n'en est pas à son coup d'essai, si il n'avait pas été élu, il aurait contesté l'élection avait-il déclaré. Les services de renseignements affirment que la Russie est intervenue dans l'élection en sa faveur en piratant la messagerie de son adversaire, il les dézingue, il crie au complot. Quand ça ne va pas dans son sens, c'est qu'il est victime d'une injustice. Ses électeurs sont dans le même état d'esprit. C'est les autres, c'est les étrangers, c'est les migrants, c'est les mexicains, c'est le noirs, c'est les jaunes, c'est les arabes, c'est les musulmans, c'est l'Europe, c'est le système, c'est les bobos, c'est les artistes, c'est un tel, c'est une telle, mais c'est pas eux, jamais. Eux, ce sont les victimes.

    RépondreSupprimer
  3. Que ce soit lui ou Poutine ou les Le Pen, ils sont pleins aux as mais c'est des victimes quand même. A les entendre ils représentent le peuple, mais quel peuple en vérité ? Le peuple de ceux qui ont un orgasme devant un billet de banque ! Parce que le peuple qui bouffe des patates pendant qu'ils ont les trois étoiles pour cantine il n'en n'ont rien à faire. Quand il s'agit de payer ses impôts pour que ce peuple puisse se soigner ou aller à l'école, ils ne sont plus là, les uns comme les autres. Si ils s'intéressent à ce peuple c'est qu'ils ne lui ont pas encore tout pris, toutes les richesses sont pour eux mais il y a un truc encore que ce peuple a et qu'ils n'ont pas et qu'ils ne peuvent pas lui prendre sans son consentement, un truc qui leur permettra d'avoir en plus de l'argent le pouvoir, leur seconde raison de vivre, c'est son bulletin de vote. Alors pour l'avoir ils se présentent comme des victimes et lui font croire que si il a du mal à trouver du travail, à finir les fins de mois c'est parce qu'il est lui aussi victime et que grâce à eux, ça va changer. C’est comme ça qu’ils obtiennent le bulletin de vote du peuple. Hitler, Mussolini et et touti quanti ont fait pareil. Et puis le peuple, c’est ceux qui vote pour eux autant que les autres. Le peuple c’est nous. Bon, je m'égare. J'en reviens à Mirabelle. Hier quelqu'un était surpris que je rigole des dialogues du film Camping 2, "toi qui est un littéraire ça te fait marrer ?", mais c'est que je trouve que c'est bien écrit justement. Il faut du talent pour faire rire, plus peut-être que pour faire pleurer. Trump et ses copains ne sont pas drôle du tout, il sont sinistre, ils un humour à gerber. Leur monde ne me fait pas rêver, leurs tours de bétons, leur murs de béton, leur limousine, leurs manoirs, leurs bijoux, je m'en fou. Ce qui m'intéresse n'a pas de prix. Et vive Mirabelle et vive Héraldie !

    RépondreSupprimer