samedi 21 janvier 2017

Lire pour écrire


image de l’auteur

Lire pour mieux écrire, au long du jour, tel est
Le nonchalant emploi de chaque heure qui passe ;
C’est là tout mon métier, que veux-tu que j’y fasse,
De diriger des mots les jeux et les ballets.

Il est des promeneurs à qui la route plaît,
Des jardiniers sachant bêcher la terre grasse ;
Chacun se satisfait des plaisirs qu’il embrasse,
Un coin d’écran suffit à mon bonheur complet.

Tantôt ma plume prend les avis d’un bon ange,
Tantôt d’un vagabond blotti dans une grange,
Ou d’un moine priant le charpentier en croix.

En écrivant ces mots que des rimes émaillent,
Je revois le temps où j’allais sans sou ni maille,
Autrefois, quand j’avais de l’encre sur les doigts.



6 commentaires:

  1. Un très beau sonnet à lire à voix haute.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, Cochonfucius, de partager votre bonheur avec nous.

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui m'a frappé dans ce poème, en premier lieu, c'est que tu (je m'adresse à l'auteur) fasses le lien, un lien de causalité entre la lecture et l'écriture, on lirait pour "mieux écrire". J'ai trouvé ça original et intéressant. J'ai essayé de comprendre ce que tu voulais dire. Communément, on considère qu'on lit pour lire, pour le plaisir que cela nous procure, une évasion mais aussi parce que ça nous instruit sur nous-même, mais toi tu prétends ici qu'on lit pour écrire. Ce que tu chercherais dans la lecture des autres, c'est l'inspiration, comme si, le fait de créer supplantait en plaisir celui d'être observateur (le terme n'est pas terrible, j'ai pensé à consommateur mais c'est pire, comment qualifier celui qui profite d'une oeuvre d'art ?). Est-ce à dire que l'on est jamais si bien servis que par soi-même pour s'évader et se connaître ? J'espère ne pas être trop confus. Plus simplement, peux-tu préciser ta penser à ce sujet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te recommande, pour un début, le bref traité de Jules Renard, «Leçons d'écriture et de lecture»,

      http://www.editionsdusonneur.com/livre/lecons-decriture-et-de-lecture-de-jules-renard/

      où il montre comment l'écrivain mûrit son style à la lumière de ses lectures.

      Supprimer
    2. « Avoir un style exact, précis, en relief, essentiel, qui réveillerait un mort. »

      Jules Renard

      Merci Cochonfusius, je vais essayer de me le procurer. Ca m’intéresse, tu l’auras remarqué par mes questions et par mes poèmes, la question de l’écriture, et rien que cette phrase est éclairante, « qui réveillerait un mort ». Il parle du lecteur sans doute, je suis d’accord avec lui mais j’ai l’impression qu’en écrivant on trouve aussi la vie, le bonheur comme tu le dis dans ce sonnet. Tiens, voilà une autre citation dans laquelle il est question de l’écriture ;

      « Que chaque phraze soit pour ainsi dire teinte et légèrement imbibée. »

      Joseph Joubert

      Charles Bukowsky a dû prendre cette phraze à la lettre tant il buvait, à l’en croire...

      Supprimer
    3. Bukowsky «légèrement imbibé», élégante litote.

      Supprimer