lundi 2 janvier 2017

Janus hippomorphe


image de l’auteur

Tu est Dieu de Janvier sur la terre et sur l’onde,
Ouvrant un nouvel an sur la plaine et le mont,
Janus, tu viens ici changer l ’âge du monde,
Apportant la vieillesse à l’Adam de limon.

Les années qui par toi jadis furent éteintes
N’ont jamais déposé de trace dans les airs ;
Même le souvenir de puissantes étreintes
Compte pour presque rien, dans ce vaste univers.

Janus, toi qui n’as pas toujours figure humaine,
Tu nous offres parfois d’impossibles amours ;
D’autres fois, par bonheur, rien qu’une année sereine
Qui de l’an précédent recommence les jours .