lundi 2 janvier 2017

Incroyable mais vrai



       A travers leurs mythes, les Dogon parlent d'astronomie et possèdent des connaissances bien difficiles à expliquer. Par exemple, ils évoquent Sirus B, le satellite de l'étoile Sirius. Or, celui-ci est invisible à l'oeil nu et n'a été découvert par un télescope occidental qu'au XIX ième siècle. Incroyable coïncidence? Techniques secrètes? Les savants s'interrogent.

2 commentaires:

  1. Probablement une surinterprétation de l'observateur Marcel Griaule.

    Wikipédia (dernières lignes de l'aricle «Marcel Griaule»):

    [L]es ethnologues ayant enquêté chez les Dogons dans les décennies ayant suivi la mort de Griaule n'ont pas retrouvé les traces des principaux mythes exposés par Griaule, ni du symbolisme lié à Sirius, excepté chez des informateurs qui en avaient eu connaissance par le biais de Griaule. Enfin, des incohérences existent entre Dieu d'eau, Le renard pâle et les premiers travaux de Griaule.

    Parmi les points de méthode pouvant expliquer ce décalage:

    l'informateur principal de Griaule, le vieillard aveugle Ogotemmêli, n'était pas nécessairement la personne la plus qualifiée pour lui transmettre les mythes de son peuple,
    Griaule s'entretenait avec lui par le truchement d'un interprète,
    Il n'a pas publié le matériau brut des entretiens, ce qui rend impossible la correction d'éventuelles erreurs de traduction ou d'interprétation,
    Il a pu consciemment ou inconsciemment suggérer des thèmes à son interlocuteur,
    Sa description des mythes est déconnectée du substrat social.

    RépondreSupprimer