mardi 27 décembre 2016

L'animisme



Nouvelles armoiries de Ouagadougou 


     Qu'ils habitent en Afrique, en Amérique ou en Océanie, de nombreux peuples croient que la nature est peuplée par des esprits qui animent les choses et veillent sur le monde. On disait autrefois de ces peuples qu'ils étaient "animistes". Aujourd'hui, on préfère parler de religions "traditionnelles" ou de "tradition orale", car la transmission des rites et des croyances de ces peuples se fait par la parole et l'initiation, non par l'écrit.

_____



Le symbolisme des nouvelles armoiries s’exprime à travers les 9 éléments qui les composent :
  1. Le cheval constitue un pan même de l’histoire du Burkina et de son fondement historique, l’étalon de Yennenga, le cheval de Ouédraogo. Au-delà, le cheval est symbole de grandeur, de noblesse, de dynamisme de fidélité.
  2. L’idée de bouclier marque l’intégrité, l’écusson du Wogdg Naaba, chef de Ouagadougou.
  3. Le soleil éclatant est la base des rituels, le fondement de la possibilité de vie à Ouagadougou. C’est l’idée aussi de justice car le soleil éclaire aussi bien « le pauvre que le riche ».
  4. L’eau qui coule, c’est le Kadiogo, la vie qui s’écoule, le passé, le présent et l’avenir.
  5. La chaîne, symbole d’éternité et de prospérité de la ville. La conservation des valeurs, c’est la chaîne incommensurable du Mogho Naaba Yandfo qui a fait de Ouagadougou une ville-capitale. Celui-là même que le colon a tout fait pour démystifier, « notamment en déviant la voie ferrée sur sa tombe et en dispersant ses restes ».
  6. L’épis de mil représente la nourriture de base.
  7. Le coton blanc, image de pureté, la sincérité de bâtir la ville.
  8. Le fanion est un élément de culture, symbole de puissance, le fanion du Moogho Naaba « naamviré », grand conquérant.
  9. Enfin une devise, en langue Mooré, ouverte sur l’avenir et les défis à venir :  « Waogdg ra yees beogo » / Ouagadougou, n’aie pas peur de l’avenir!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire