mardi 6 décembre 2016

Complainte de saint Nicolas, recueillie par Gérard de Nerval (1842)


Il était trois petits enfants
Qui s'en allaient glaner aux champs.


S'en vont au soir chez un boucher.
« Boucher, voudrais-tu nous loger ?
Entrez, entrez, petits enfants,
Il y a de la place assurément.»

Ils n'étaient pas sitôt entrés,
Que le boucher les a tués,
Les a coupés en petits morceaux,
Mis au saloir comme pourceaux.

Saint Nicolas au bout d'sept ans,
Saint Nicolas vint dans ce champ.
Il s'en alla chez le boucher :
« Boucher, voudrais-tu me loger ? »

« Entrez, entrez, saint Nicolas,
Il y a d'la place, il n'en manque pas. »
Il n'était pas sitôt entré,
Qu'il a demandé à souper.

« Voulez-vous un morceau d'jambon ?
Je n'en veux pas, il n'est pas bon.
Voulez vous un morceau de veau ?
Je n'en veux pas, il n'est pas beau !

Du p'tit salé je veux avoir,
Qu'il y a sept ans qu'est dans l'saloir.
Quand le boucher entendit cela,
Hors de sa porte il s'enfuya.

« Boucher, boucher, ne t'enfuis pas,
Repens-toi, Dieu te pardonn'ra. »
Saint Nicolas posa trois doigts.
Dessus le bord de ce saloir :

Le premier dit: « J'ai bien dormi ! »
Le second dit: « Et moi aussi ! »
Et le troisième répondit :
« Je croyais être en paradis ! » 


 

5 commentaires:

  1. Triple résurrection (Pays de Poésie 6-12-13)
    ------------------

    C’étaient trois écoliers qui glanaient sur la lande ;
    Chez le maître boucher quand ils se sont logés,
    Ce méchant artisan, les ayant égorgés,
    En façon de terrine a préparé leur viande.

    Jamais il n’a vendu de cette chair friande ;
    Au bout de sept années, nul n’y avait touché.
    Le grand saint Nicolas s’en vient voir le boucher :
    Refusant le jambon, c’est ce plat qu’il demande.

    Il verse sur la chair trois gouttes d’eau bénite
    Et trois grains de sel pur. Trois coeurs alors palpitent,
    Trois corps reprennent forme et sortent du saloir.

    J’ai soif, dit le premier, donnez-nous de la bière ;
    Le deuxième ajouta : Remplissez bien nos verres,
    Le troisième observa : J’ai dormi comme un loir.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Cochonfucius, je voudrais publier les poèmes de Pays de poésie, ceux d'aujourd'hui. Mais "la pyramide des jardiniers" est le même poème que celui d'hier, "les sorcières", est-ce normal?

    RépondreSupprimer
  3. merci pour cette légende musicale de St Nicolas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Luciole, dites donc, sans vouloir vous harceler, pensez-vous toujours à votre blason?

      Supprimer