mercredi 23 novembre 2016

Tableau noir

 
 Blason de l'auteur

Quatre heure du matin et un alexandrin,
A peine j’ouvre un oeil, la poésie m’appelle.
Depuis plus de deux ans j’en compose à la pelle
Lui répondant souvent de peur d’être chagrin.
Parfois je suis contraint d’appuyer sur le frein,
Il me faut travailler ou bien c’est la chapelle,
Assis sous son porche devant une coupelle
Pour demander l’aumône à tous les pèlerins.
Si seulement quelqu’un payait pour que j’écrive !
C’est fort improbable qu’un jour cela n'arrive,
Mais tout au fond de moi, je garde cet espoir.
Ex-écolier battu car dernier de la classe,
Je brandirai tendu mon majeur à la face
De celui qui frappait devant le tableau noir.

Vincent 

_____

D'azur au doigt d'honneur d'argent

1 commentaire:

  1. J'ai tout de suite pensé à ce blason, j'allais dire "évidemment", mais il n'y a rien d'évident, il y du vide partout, de l'inconnu et c'est ça qui est bien.

    Sinon, quitte à m'inspirer de Cochonfusius, je l'ai d'abord fais en écrivant des sonnets et maintenant en les faisant en alexandrins, je met comme lui des liens en commentaires ;

    https://misquette.wordpress.com/2014/12/12/111-le-cerveau-du-maitre/

    https://misquette.wordpress.com/2015/05/03/220-la-loi-du-plus-fort/

    RépondreSupprimer