vendredi 25 novembre 2016

Solivore


image de l’auteur

Au matin, je descends des arbres,
J’observe les fleurs du printemps ;
Mon bec est dur comme du marbre,
Terreur des morts et des vivants.

Je ne vis pas de pourriture,
Ni des insectes du sous-sol ;
Mais, bien souvent, je m’aventure
À dévorer des tournesols.

Puis, je vais boire, à la fontaine,
Le vin qui procure l’oubli :
La source n’est pas si lointaine,
Son charme point n’est aboli

3 commentaires:

  1. Combien de tournesols par jour, dévores-tu Solivore?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un seul au premier du mois, deux le deuxième jour, trente (ou trente et un) le dernier jour.

      J'en ai moins en février.

      Supprimer
    2. Incroyable, c'est extraordinaire!

      Supprimer