dimanche 2 octobre 2016

Sonnet: La fuite.



 Le blason de Sara
 

C'est la barque où s'enfuit une amoureuse reine
Le vieux roi magnifique est venu près des flots;
Son manteau merveilleux à chaque pas égrène
Quelque bijou tintant au rythme des sanglots.

La chanson des rameurs sur les vagues se traîne
La reine et son amant l'écoutent les yeux clos,
Sans crainte d'un récif ni d'un chant de sirène
Qui s'incantent peut-être au choeur des matelots.

Horreur! horreur de nous les joyaux, des squelettes
Coulés au fond des mers où surnagèrent tant
De fleurs, de cheveux roux et de rames flottant

Parmi les troupes de méduses violettes.
L'heur des fuites est sombre et violet d'effroi.
Tant de gemmes tombaient du manteau du vieux roi.

Guillaume Apollinaire
(1880-1918)

_____

Écartelé, au 1er et au 4e d'or aux sirènes affrontées de carnation, marinées de sinople, coiffées d'orangé, soufflant dans une conque d'argent et accostées, la première d'une coquille de Saint-Jacques d'argent aussi, la seconde, d'une étoile de mer du même, le tout posé sur une fasce en pointe ondée d'azur ; au 2e et au 4e de pourpre à la croix fleurdelisée de sinople, un Claddagh Ring montrant deux mains de carnation et emmanchée d'argent tenant un cœur de gueules surmonté d'une couronne d'or coiffée d'azur brochant sur la partition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire