dimanche 30 octobre 2016

Miroir funéraire


image de l’auteur

Le saint roi meurt, gisant sur son manteau ;
Les chapelains ont prié dès l’aurore,
Gardant qu’enfer son âme ne dévore ;
Le desservant lui présente un tableau

Sur lequel sont les grands cieux clairs et beaux
Que la splendeur de mille anges décore ;
Mais le vrai ciel est plus charmant encore.
Du roi tremblant, les yeux versent de l’eau.

Or, sa conscience à-demi sommeillante
Lui a montré des choses surprenantes,
Le jugement, la balance d’airain.

Roi, ces secrets, il faut que tu les saches ;
Et n’est raison que ton esprit se cache :
De ton trépas, tu es le souverain.



2 commentaires:

  1. Si je ne m'abuse, il s'agit d'un ambiroi, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il devient ambiroi, car il y a du bon et du mauvais dans son règne.

      Voir, d'Italo Calvno, Le Vicomte Pourfendu.

      Supprimer