lundi 24 octobre 2016

Jumarts mutants



image de l’auteur

C’est le jumart-canard, sa chair est un délice,
Un dîner de marquis, un déjeuner de roi,
Mais il est protégé par la rigueur des lois,
Pour narguer les chasseurs, il a de la malice.

C’est le jumart-renard, il boit dans un calice
Dont il fait bénir l’eau par Merlin, quelquefois,
On entend retentir son cor au fond des bois,
Les deux jumarts mutants sont de joyeux complices.

Ces nobles animaux sont sans comparaison
Avec le jumart noir qu’on voit près des maisons,
Qui fait docilement tout ce qu’on lui ordonne.

Or, si par l’un d’entre eux vous étiez assailli,
Essayez ce moyen, qui jamais n’a failli,
D’invoquer trois cents fois le Bouddha qui pardonne.



3 commentaires:

  1. Et que fera-t-il le Bouddha qui pardonne si on est assailli par un jumart?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il lui chantera une berceuse.

      Les jumarts y sont très sensibles.

      Supprimer
    2. Ah! il est très rusé ce Bouddha, en effet.

      Supprimer