dimanche 30 octobre 2016

Après la mort du fils du charpentier




— Maître, un caveau n’est point fait pour que l’on en sorte ; 
L’intérieur n’en est pas éclairé de flambeaux. 
Celui qui dort dedans n’ouvre jamais la porte, 
Ni ne court au  jardin se changer en corbeau. 

— Apôtre, tu n’as vu que l’absence au tombeau. 
Ton imagination vers un mythe t’emporte ; 
Auprès des Égyptiens tu en prends des lambeaux, 
Rêvant que la magie ranime la chair morte. 

Mais que dire de plus ? C’est humain, d’espérer ; 
D’afficher cet espoir où sont les enterrés, 
D’en colorer le deuil, d’en adoucir nos larmes ; 

De faire taire ainsi les plus noirs des remords,
 De garder pour toujours notre coeur en alarme ; 
 Charpentier, ne dis rien sur cela : tu es mort. 


_____



Parti de gueules et de sable au lion et à la tour de l'un à l'autre

1 commentaire:

  1. Voir

    http://www.forum-metaphysique.com/t11705-le-tombeau-comme-adjuvant-de-resurrection-quel-credit#563255

    RépondreSupprimer