jeudi 29 septembre 2016

Sonnet d'Arvers



Blason de Campigny

 
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
Un amour éternel en un moment conçu:
Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

Hélas! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
Elle suit son chemin, distraite et sans entendre
Ce murmure d'amour élevé sur ses pas.

A l'austère devoir, pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle
"Quelle est donc cette femme?" et ne comprendra pas.

Félix d'Arvers (1806-1850)


_____


Coupé crénelé, de gueules à deux pigeons d'argent affrontés ; au second d'or à une branche de frêne de sinople.

1 commentaire:

  1. Autre réponse aux vers d’Arvers
    ------------------------ Pays de Poésie 28-12-13


    La poésie ne craint l’ombre ni le mystère ;
    Car tout ce qu’elle exprime est clairement conçu.
    En dévoilant son âme elle arrive à se taire,
    Elle ne cache rien, nous l’avons toujours su.

    Poète, si tu crains de vivre inaperçu,
    Si les imprécations d’un moine solitaire
    Te semblent obscurcir le jour sur cette terre,
    Ne t’inquiète donc point, ton texte est bien reçu.

    Celle qui est pour toi la plus mignonne et tendre
    Toujours éprouve un peu de plaisir à t’entendre
    Et à fouler le sol où s’égarent tes pas ;

    Toi, sur elle posant ton doux regard fidèle,
    Tu ne cesseras point de marcher auprès d’elle ;
    Que dirons-nous de plus ? Ton coeur ne s’en plaint pas.

    RépondreSupprimer