samedi 17 septembre 2016

Jean de La Ceppède et Cochonfucius: dialogue 2.



Blason d'Offlanges

 Les escadrons ailés du céleste pourpris
Par le Père choisis des bandes Coronnelles,
Jaloux d’exécuter les charges paternelles
Accompagnent le Fils au voyage entrepris.

 
Approchants les cachots des rebelles esprits
Ils vont, criant aux Rois des ombres criminelles,
Ouvrez à ce grand Roi vos portes éternelles,
Puisqu’il a rançonné les siens à si grand prix. 

C’est le Roi de la Gloire, il faut, il faut qu’il entre
Tout l’Averne, croulant du comble jusqu’au centre,
Troublé répond : Quel est ce Prince glorieux ? 

C’est le Seigneur très-fort, répliquent les bons Anges,
Très-puissant au combat, toujours victorieux,
Dont les Cieux et la terre annoncent les louanges. 
*** 

Un modeste

Le fils du charpentier, de quoi fut-il épris ?
D’un petit vin servi à l’ombre des tonnelles,
De faire aller un peu l’affaire paternelle,
De dire des récits qu’on lui avait appris.

Jamais il ne parlait pour faire de l’esprit,
Ni pour développer des phrases solennelles.
Sa parole était juste, et simple, et fraternelle ;
D’un propos de sagesse, il connaissait le prix.

Satan, l’ayant tenté, retourna dans son antre ;
Le Romain dit au peuple « Épargnons-le, que diantre ! »
Et lui ne voulait point d’un destin glorieux.

Ce fils de charpentier n’est certes pas un ange ;
Mais il a su porter des coups victorieux
À la Tartufferie, que bien sûr, ça dérange.

Cochonfucius 

_____



D’azur au mont haussé à trois coupeaux unis, le deuxième d’un diamètre double des deux autres et sommé d’une ombre de clocher du lieu ajourée du champ, mouvante et unie à lui, le tout d’or; le mont chargé d’une croix de calvaire légèrement pattée d’azur, au pied fiché dans une meule de même et chargée d’un filet en croix recroisetée d’argent, le calvaire accosté de deux grappes de raisin d’azur tigées et vrillées de gueules; le clocher accosté de deux lions naissants et adossés, ailés et couronnés d’or, armés et lampassés de gueules.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire