jeudi 29 septembre 2016

Il sonetto, le sonnet.



Dante il mover gli diè del cherubino
E d'aere azzurro e d'or lo circonfuse;
Petrarca il pianto del suo cor, divino
Rio che pe' versi mormora, gl'infuse.

La mantuana ambrosia e'l venosino
Miel gl'impetro da le tiburti muse
Torquato; e come strale adamantino
Contro i servi e' tiranni Alfier lo schiuse

La nota Ugo gli diè de' rusignoli
Scotto i ionii cipressi, e de l'acanto
Cinsel fiorito a' suoi materni soli.

Sesto io no, ma postremo, estasi e pianto
E profumo, ira ed arte, a' miei di soli
Memore innovo ed a i sepolcri canto.

Giosue Carducci
(1835-1907)


***


Dante lui donna l'allure d'un chérubin
Et le ceignit sur fond d'azur d'une auréole;
Pétrarque y a coulé la plainte de son coeur,
Divin ruisseau qui en ses vers murmure.

Torquato transfusa des muses tiburtines
L'ambroisie de Mantoue et le miel vénosien,
Et Alfieri comme une flèche adamantine
Contre les lâches et tyrans le décocha.

Des rossignols Ugo lui apporta la note
Egrenée du Cyprès ionien, et l'orna
De l'acanthe fleurie aux soleils maternels;

Moi, non sixième mais dernier, au souvenir
De mes jours seuls je renouvelle extases, pleurs,
Parfum, colère et art et je chante aux sépulcres.

Traduction d'André Ughetto

1 commentaire:

  1. Armes de Raikoth, voir

    http://heraldie.blogspot.fr/2017/01/cochonfucius-et-le-reve-une-machine.html

    RépondreSupprimer