dimanche 11 septembre 2016

Chevalier sans tête


image de l’auteur

Le chevalier sans tête, issu d’un fier lignage,
Contre un grand ambidiable au combat s’est rué ;
Son glaive est égaré, son haubert est troué,
Mais il a triomphé de ce démon sauvage.

Car c’est ainsi qu’il vit, frappant de l’aube au soir
Sans se réconforter du nectar de la vigne ;
De l’infernale troupe, il disperse les lignes,
La peur les fait frémir, puis ils se laissent choir.

Ce chevalier sans tête, est-il donc si féroce ?
Non, jamais son esprit n’est de haine chargé ;
De sang, nul spectateur ne le voit se gorger,
Même, le doux Turpin le bénit de sa crosse.

3 commentaires:

  1. Rimbaud à Roncevaux Pays de Poésie 14-16-13
    ------------------


    Charlemagne, empereur à la barbe fleurie,
    Avance vers l’Espagne avec le fier Roland.
    De Sarrazins feront grandiose boucherie ;
    Déjà leur pas est vif, et leur coeur est ardent.

    L’empereur aime mieux la guerre qu’une orgie,
    Sur un champ de bataille est plus de liberté
    Qu’en une riche salle éclairée de bougies.
    Tout le jour il chevauche, et n’est point éreinté.

    Roland est absorbé dans sa pensée muette.
    Il craint que l’avenir n’apporte du remords,
    Il craint la damnation, s’il ne craint pas la mort.

    Turpin marche, tenant les saintes amulettes,
    Il voit passer au ciel un nuage de feu :
    «Seigneurs, s’exclame-t-il, il ne faut tenter Dieu.»

    RépondreSupprimer