mercredi 3 août 2016

Quand les bêtes s'en mêlent : deuxième partie.


Les Egyptiens vénéraient un panthéon de dieux très divers : certains avaient une apparence humaine, d'autres non. Les dieux « animaux » étaient particulièrement nombreux. Très superstitieux, les Egyptiens honoraient aussi toutes sortes de génies bizarres…


Horus, le dieu faucon




Horus était un dieu très ancien et très populaire. Lié à de multiples légendes, il était parfois dieu du ciel, confondu avec Rê, ou Horus le Grand, portant un disque solaire sur la tête… Aujourd'hui, nous le connaissons surtout comme le fils d'Isis et d'Osiris, qui lutta contre son vilain oncle Seth, le dieu à tête de lévrier ou d'okapi.


Hâpi, le Dieu du Nil







Avec son gros ventre débordant comme le fleuve en crue et ses deux seins généreux, Hâpi était un drôle de dieu, mi-homme, mi-femme… Portant des plantes aquatiques sur la tête, il symbolisait la fertilité du Nil.


Hathor, la vache amoureuse







Hathor, la déesse vache, symbolisait la joie, l'amour, la fécondité. Elle habitait le temple de Dendera et se rendait une fois par an à Edfou, où vivait son époux Horus. Cet événement appelé la « Bonne réunion » donnait lieu à une longue procession sur le Nil puis à une grande fête.


Bastet, la reine des chats





Bastet, la déesse chatte, était adorée à Bubastis. Amicale et populaire, elle incarnait la joie et protégeait la famille. Des momies de chats lui étaient dédiées à travers toute l'Egypte, ainsi que de nombreuses statuettes.


Thot, le dieu matheux







Dieu savant entre tous, Thot a inventé l'écriture, les mathématiques et le calendrier. Représenté sous la forme d'un ibis ou d'un babouin, le scribe des dieux aurait également initié les humains aux arts et aux lettres. Son principal sanctuaire se trouvait à Hermopolis.


Apis, le taureau sacré






Vénéré à Memphis, Apis fut d'abord assimilé au dieu Ptah, le puissant protecteur de la ville. Il était alors un symbole de force et de fécondité. Par la suite, il fut également associé à Osiris et devint une divinité funéraire. Il était représenté sous la forme d'un taureau blanc avec quelques taches noires bien précises.




Conclusion

Les Egyptiens attribuaient à l'oeil d'Horus, ou "oudjat", le pouvoir de repousser le mal.





1 commentaire:

  1. C'est à Bastet que va ma préférence, bien que beaucoup de chats lui aient été sacrifiés, d'après ce que j'ai cru comprendre.

    RépondreSupprimer