jeudi 4 août 2016

Le Bouddha: première partie.

                                             La vie du Bouddha

                                                   Introduction

Qu'ils vénèrent une multitude de dieux, comme les hindous, ou bien un sage, comme les bouddhistes, de nombreux peuples d'Asie croient en la réincarnation. Les hommes pensent qu'une fois morts, ils renaîtront sous une autre forme, celle d'une plante, d'un être humain ou d'un animal. A moins qu'à force de sagesse, ils  parviennent à se libérer du cycle des réincarnations…
La vie du Bouddha, telle que les textes bouddhiques la racontent, mêle faits historiques et légendes. Peu importe aux yeux des fidèles qui restent profondément marqués par sa personnalité, sa sagesse et sa réflexion.

                                                      Fils de roi



                                                            
                                                             Armoiries du Karnataka

Fils du roi Suddhodana et de la reine Maya, le prince Siddharta Gautama est né vers 550 av.J.C., à Lumbini (nord de l'Inde). Il connut une enfance choyée, puis épousa une princesse qui lui donna un fils. Bien à l'abri dans son magnifique palais, le prince menait une existence de rêve, les siens faisant tout pour le protéger des malheurs du monde extérieur.

                                         La découverte de la souffrance


Armes du duché de Bretagne


A l'âge de 29 ans, Siddharta décida de sortir de son palais pour voir le monde. Il se promena dans la ville de Kapilavastu et croisa un vieillard, un homme malade, un mort et un religieux en train de mendier sa nourriture. Ces quatre rencontres le bouleversèrent : le prince venait de découvrir la vieillesse, la douleur, la mort et le renoncement !

                                                   Six ans de régime

 
                                                                   Image de Cochonfucius

Quelle est la vérité de la vie ? Comment échapper à la douleur du monde ? Siddharta se posait une foule de questions. Quittant son palais et sa famille, il crut qu'il trouverait la réponse en suivant l'exemple des « renonçants » hindous. Il se retira dans la forêt avec cinq autres ascètes et il s'imposa de longues périodes de méditation et de jeûne. Au bout de six ans, Siddharta n'avait plus que la peau sur les os, mais n'avait toujours pas trouvé de réponse. Il comprit que la voie de la privation n'était pas la bonne et se remit à manger.

                                                Au pied de son arbre




                                                                      Blason de Verfeil


Après avoir repris des forces, Siddharta se rendit à Bodhgaya. Là, il s'assit au pied d'un grand figuier (l'Arbre de Bodhi) et fit vœu de méditer jusqu'à ce qu'il atteigne la vérité sur l'existence. Cette méditation ne fut pas de tout repos : le dieu Mara, maître de l'illusion, tenta de le détourner de son but. Il lui envoya une armée de démons, mais leurs flèches se transformèrent en fleurs.

                                                   L'éveil

 
                                                               Image de Cochonfucius
 
Après sa victoire sur Mara, Siddharta dut affronter des pluies torrentielles. Mais il poursuivit sa méditation, protégé par Mucilinda, le serpent à sept têtes. An bout de trois jours et trois nuits, il parvint à l'Eveil : il trouva la réponses à toutes ses questions. C'est ainsi qu'il devint le Bouddha (l'Eveillé ou l'Illuminé).

                                                    Sur la route


                                                     Image de Cochonfucius



Après son Eveil, le Bouddha se rendit près de Bénarès, à Sarnath. Là, dans un parc peuplé de gazelles, il prononça son premier discours : il exposa les Quatres Nobles Vérités, qui sont la base de son enseignement. Ensuite, pendant plus de quarante ans, le Bouddha parcourut le nord de l'Inde pour enseigner son savoir. Il mourut à l'âge de 80 ans à Kushinagara et entra en nirvana.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire