vendredi 26 août 2016

Ecrire


image de l’auteur

Si grande est la chaleur, que le monstre danseur
Préfère écrire un vers, comme un simple penseur,
Puis il n’écrit plus rien, buvant sa bière tiède,
Un poète sans voix ne craint rien des censeurs.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ce quatrain, un peu dans son style, est un hommage à Omar Khayyam, imam et fin buveur, qui eut affaire à eux, souvent.

      Supprimer
  2. Qui prend les escaliers ne craint pas l'ascenseur.

    RépondreSupprimer
  3. Pour le ciel, la poésie est sont ascenseur.

    RépondreSupprimer