mardi 16 août 2016

Chauve-souris bizarre


image de l’auteur

Monstre aérien qui volette sans trêve,
Quand je le vois, je ne me sens pas fort,
Car ce me semble un ange de la mort
Qui crie, le soir, sur une note brève.

Quand sur les bois du village il s’élève
Ainsi qu’un spectre emportant ses remords,
Annonce-t-il quelque funeste sort,
Prend-il le deuil d’un monde qui s’achève?

N’en craignons rien, car il ne fait qu’errer,
Inoffensif, ou j’ose l’espérer,
Malgré ses yeux d’une noirceur extrême.

Anges gardiens s’en vont le secourir,
Nuit après nuit le gardant de mourir,
Veillant sur lui bien plus que sur eux-mêmes.

4 commentaires:

  1. Cochonfucius, qu'est-ce que c'est les deux petites masses bleues au pied des deux petits arbres de la connaissance avec leur serpent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des Yétis de l'Eden (voirle livre d'Attilio Mordini).

      Supprimer
    2. Merci, je ne connaissais pas ce livre.

      Supprimer
  2. Pauvre Yéti, s'il savait l'origine qu'on lui attribue, il se re tournerait dans sa tombe! Et dire qu'il a sauvé Tchang (Tintin dans l'Hymalaya)
    Il faudrait demander aux mormons de sortir leurs microfilms concernant les arbres généalogiques qu'ils gardent si précieusement dans leurs cavernes. Et puis se dépêcher de faire baptiser (par immersion complète) par procuration ce pauvre Yéti! Encore heureux que quelqu'un prenne sa place pour boire la tasse, tout le monde sait que les singes n'aiment pas l'eau!

    RépondreSupprimer