vendredi 5 août 2016

Ambiphants cosmopolites


image de l’auteur

Grands migrateurs, sur leur route, ils oublient
Ce que prisa leur coeur, immensément,
Soit leur mémoire est, hélas, affaiblie,
Soit c’est l’effet d’un souvenir qui ment.

Ils ont du vin devant eux sur la table
Qui au jardin les accueille, il fait beau ;
Au fond du parc se dressent des tombeaux
Couverts de lierre, et de fleurs adorables.

De tout quitter, le faites-vous exprès ?
Laissant vos morts privés d’honneurs posthumes,
Vous poursuivez votre long chemin, très
Soumis au vent, comme l’est une plume.

1 commentaire:

  1. J'espère que leurs souvenirs ne mentent pas ce serait dommage pour eux.

    RépondreSupprimer