lundi 25 juillet 2016

Le chant du dimanche: Da feiz on tadou koz




 Blason de Douarnenez

Diskan:

    Da feiz on Tadou kozh
    Ni paotred Breizh-Izel!
    Ni 'zahlc'ho mad atao!
    'Vid feiz on Tadou kozh
    Hag endro d'he banniel
    Ni holl en-em stardo!
    Feiz karet on Tadou!
    Morse ni n'ho nac'ho!
    Kentoc'h ni a varvo!(ter)

 Refrain:

    A la foi de nos vieux Pères,
    Nous, enfants de la Bretagne!
    Nous serons toujours fidèles!
    Pour la foi de nos vieux pères,
    Autour de cette bannière,
    Nous serons tous unis!
    Foi bien aimée de nos pères
    Jamais, nous ne te renierons!
    Plutôt mourir!(ter)
 

1. D’ ar c’hrouadur bihan, e kichenig e gavel
E lakit eur vamm vad, en deiz evel en noz
Er boan hag en anken, hi a daol buan eur zell
War groaz
santel Jesuz, he sonj er baradoz 
 
Au petit enfant, près de son berceau
Mettez une bonne mère, le jour comme la nuit
Dans la peine et l'angoisse, elle jette vite un regard
Sur la sainte croix de Jésus, en pensant au paradis

2. D’ar pôtr, d’ar plac’h yaouank, c’hwi ’ziskouez hent ar furnez
C’hwi ’lavar : « it gantan heb krena dirag den
Bezit, tud yaouank Breiz, bezit epad ho puhez
Ato gwir gristenien, treitourien birviken !

Au jeune homme, à la jeune fille, vous montrez
La voie de la sagesse
Vous dîtes : allez avec lui, sans trembler devant personne
Soyez, jeunes gens de Bretagne, soyez toute votre vie
Toujours dignes de votre foi, ne la trahissez pas.


3. D’an den koz, gwenn e benn ,e korn an tan azezet
O skuilh daelou a geuz war e amzer genta
War-lerh kalz a boaniou, c’hwi lavar, Salver karet  
Er baradoz e vo eürusted evitan


Au vieil homme, la tête blanche, assis au coin du feu
Versant des larmes de regret sur ses jeunes années
Après tant de peine, vous dîtes, Sauveur aimé
Au paradis il trouvera le bonheur


4. D’an den diwar ar mez, kenkoulz ha d’an den a vor
C’hwi a ro nerz-kalon da stourm er boan ato
Gouzout a reont, en nenv e kavint oll dor digor
Ar vuhez’vo bet tenn, d’an drubuilh, kenavo


A l’homme de la terre comme à celui de la mer
Donnez la force de toujours lutter dans la peine
Ils savent, qu’aux cieux, ils trouveront toutes les portes ouvertes
La vie aura été dure, aux soucis, kenavo 


_____

 D'azur à la clef renversée d'or, l'anneau en losange pommeté, le panneton figurant une ancre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire