vendredi 1 juillet 2016

La vestale et les monstres

Image de l’auteur

La vestale demeure
En un temple étouffant,
Où, souvent, elle pleure
Comme font les enfants.

Elle fut jeune fille,
Favorite du roi ;
Telles amours ne brillent
Pas plus que quelques mois.

Tous les monstres l’encensent,
Elle en a des frissons ;
Elle craint leur puissance,
Ils craignent sa chanson.

Cochonfucius

1 commentaire:

  1. Franchement ce monstre est terrifiant, même en inframonde il est un cas.

    RépondreSupprimer