mardi 19 juillet 2016

La planète des tétracéphales


image de l’auteur

Ayant quatre cerveaux pour penser à leur chasse,
Les gens de ce pays connaissent plus d’un tour ;
Ils ont exterminé le gibier alentour,
À force de bravoure, à grands renforts d’audace.

On y voit, désormais, plus d’une tête basse,
De l’ours et du grand cerf espérant le retour,
Mais c’en est bien fini, je le dis sans détour,
Plus de cerf, et plus d’ours, et plus rien à la place.

Hélas ! Les animaux, qu’ils aimaient rencontrer,
Au détour d’un sentier ne pourront se montrer ;
On ne les connaîtra que d’un savoir livresque.

Avec ces commensaux, ils ont vécu longtemps
Partir en quête d’eux était un passe-temps :
Vous êtes regrettées, victimes pittoresques.

3 commentaires:

  1. Ah! non je ne suis pas d'accord, quatre cerveaux cela n'est pas possible, mais enfin que diable! faites appel au bon sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir cependant

      http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dossiers/d/medecine-stress-comprendre-gerer-stress-855/page/12/

      Supprimer
    2. Sacré Cochonfucius, vous avez toujours raison c'est incroyable!

      Supprimer