dimanche 17 juillet 2016

La loi du plus fort


 Blason d'Alise-Sainte-Reine

À l’école, j’étais un très mauvais élève,
L’instituteur me laissait dans sa classe choir,
Ou bien m’envoyait violemment me faire voir,
Je craignais que sa main, sur moi, il ne lève.

J’étais comme un arbrisseau qui n’a plus de sève,
Assis au dernier rang, c’était un cauchemar,
J’attendais impatiemment qu’arrive le soir,
Pour aller jouer au football, c’était mon rêve.

La nuit, en secret, j’écoutais à la radio,
Le championnat commenté par Sacomano,
Le malheur m’accordait brièvement une trêve.

Je croyais que les adultes avaient tous les droits,
En eux, ainsi qu’en moi, je n’avais plus la foi,
Parfois on est cancre car de désespoir on crève.


_____

 De gueules à un casque gaulois ailé d'or ; à la bordure crénélée de même.


6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi ce casque ?

    Il m'eut en tous les cas été bien utile à cette époque où je prenais des gifles et des claques derrière la tête, mais il eut été d'aucune utilité par contre pour les coups de pieds au derrière qui me faisaient traverser la salle de classe pour aller au tableau presque sans que je touche le sol.

    Un jour sa main m'a sonné. J'ai vu des étoiles mais je n'ai pas pleuré, j'y ai mis toute mon énergie à me retenir de pleurer, il aurait été trop content.

    RépondreSupprimer
  3. La maltraitance de l'enfant sape sa confiance en lui-même.
    Aucun enfant ne doit recevoir de coups, l'éducation n'est pas un dressage, même la maltraitance animale commence à être punissable.
    C'est impensable qu'un élève ait été victime d'une telle violence.
    Par contre, dans les familles l'éducation se fait encore malheureusement avec des châtiments corporels : au moindre soupçon l'enfant est mis sous protection du service de la jeunesse.

    RépondreSupprimer
  4. Le casque d'Astérix aussi?

    RépondreSupprimer