jeudi 9 juin 2016

Tiens bon la barre !



Me la couler douce, doigts de pieds en éventail...
Je voudrais que le cours de ma vie soit docile,
Pour le dire autrement, un long fleuve tranquille,
Que jamais sorte de ma bouche le mot « Aïe »

Mais Dame nature ne fait pas de détail,
Transformant les eaux dormantes en terrain hostile,
Alors on ne dort plus, on se fait de la bile,
On lâche ou l'on tient malgré tout le gouvernail.

L’accalmie vient à un moment ou à un autre,
C’est en tout cas ce que dit Saint Matthieu, l’apôtre ;
"Heureux les affligés : Ils seront consolés" *

Cependant la quiétude est-elle automatique ?
Pouvons-nous l’obtenir si nous sommes apathiques ?
Je crois, avec Camus, qu'il ne faut rien lâcher. **


* Heureux les affligés car ils seront consolés.  (Matthieu V, 4)
** Albert Camus : La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. (Le Mythe de Sisyphe)

4 commentaires:

  1. On dirait les yeux ou les antennes d'un escargot :)

    Regardez les oiseaux du ciel...

    Bon, je pense qu'ils galèrent aussi quand la météo est rude!

    Luciole

    Luciole

    RépondreSupprimer
  2. Les pieds d'un joueur de l'équipe de France allongé dans un jacouzzi, juste après la finale de l'Euro 2016.

    RépondreSupprimer
  3. Tu anticipes!

    Luciole

    RépondreSupprimer