mercredi 15 juin 2016

Porte armoricaine


 Image de l’auteur

Sous l’oeil d’un monstre serpentin
Est un portail, dans la bruyère ;
Pèlerin venu des lointains,
Malheur, si tu l’avais atteint !

Les portes n’en sont pas entières,
Fendues sous leur émail déteint,
Porteuses d’un texte indistinct,
Oeuvre d’un barde solitaire.

Allons, ne sois pas incertain :
Pour un voyageur clandestin,
Il est du malheur sur la terre.
Laisse à ce portail son mystère !

Cochonfucius

1 commentaire:

  1. Entendu, Cochonfucius, mieux vaut en effet suivre vos sages conseils.

    RépondreSupprimer