lundi 27 juin 2016

Hadès et Dionysos


Image de l’auteur

Non, je ne te dis pas d’aimer la mort cruelle,
Ni, non plus, d’adresser une prière aux cieux ;
Sitôt que ton visage aura fermé ses yeux,
Ton âme cessera de se croire immortelle.

Nous sommes en été. Que la lumière est belle !
Je ne vois dans le ciel qu’un astre glorieux ;
S’il achève le cours de son vol gracieux,
Il brille, au lendemain, d’une splendeur nouvelle.

Hadès et Dionysos, dois-je vous adorer ?
En vous, des malheureux jadis ont espéré ;
Hadès, non Dionysos, a leur soif assouvie.

Sur un lit d’hôpital, des maux peuvent guérir,
En dépit de cela, le patient doit mourir ;
Quand un poète meurt, il sourit à la vie.

Cochonfucius

3 commentaires:

  1. La lumière sera toujours belle Cochonfucius, elle est immortelle, c'est pour cela que le poète sourit à la vie même quand il meurt.

    RépondreSupprimer
  2. Un poète ne meurt pas, il vit toujours en chacun de nous, il est la substance des choses, le coeur du monde.

    Luciole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai Luciole le poète laisse en chacun de nous ses mots qui sont la lumière du monde.

      Supprimer