lundi 9 mai 2016

Trolls : La Reine et le Troll

Lana Parilla (La Méchante Reine Régina Mills dans « Once Upon A Time »)

Nous connaissons tous la version classique de Blanche Neige et les Sept Nains. Ce que le commun des mortels ignore c’est qu’il y avait un Troll dans le coup. Voici son histoire.

Les Nains s’ennuyaient ferme à surveiller Blanche jour et nuit. Aucun Prince ne se pointait à l’horizon pour venir la réveiller, et la lassitude prenait de plus en plus le pas sur l’engouement du début. Les Nains n’aspiraient qu’à retourner dans leur mine. Mais comment faire sans se donner mauvaise conscience.

Le hasard fit bien les choses. Un Troll voyageur, qui passait d’une époque à l’autre pour parfaire sa culture personnelle, débarqua un jour dans la clairière des Nains, alors que ceux-ci cherchaient un moyen de refiler Blanche à quelqu’un d’autre.

Le moment de surprise passé et les présentations faites, les Nains saisirent l’occasion qui se présentait et embobinèrent le brave Troll, qui se résigna à garder Blanche pour quelques jours. Les Nains disparurent et le Troll se retrouva seul avec la belle endormie, qu’il trouvait d’ailleurs tout à fait à son goût.

Le hasard fit une nouvelle fois bien les choses. Un Prince, qui s‘était égaré dans la forêt, déboucha dans la clairière, aperçut la chaumière léguée au Troll par les Nains, et y entra pour demander son chemin. Il fit connaissance avec le Troll. Le Prince remarqua Blanche sur sa couche et demanda ce qui lui était arrivé. Le Troll raconta l’histoire à lui débitée par les Nains.

Le Prince décida alors de tenter sa chance, et avant que le Troll n’ait le temps de réagir, il se précipita sur Blanche et lui baisa les lèvres. L’effet fut rapide. La belle se réveilla et tomba immédiatement amoureuse du Prince qui l’enleva illico presto sur son cheval et disparut dans la forêt avec sa dulcinée.

Le Troll en fut fort dépité. Une idée saugrenue lui trotta alors dans la tête. Puisqu’un bellâtre lui avait enlevé sa belle, il décida de la remplacer par une autre. Les Nains lui avaient parlé de la Méchante Reine qui jeta un mauvais sort à Blanche, et qui elle aussi était très belle. Sa décision prise, l’affaire ne traîna pas.

Sean Maguire (Robin Hood dans « Once Upon A Time »)

Il se transforma en beau Chevalier et ne mit pas longtemps à trouver le passage qui l’emmena dans les appartements de la Reine. Elle était là la Méchante Reine, en train de demander à son miroir qui était la plus belle. Le Troll ne se dégonfla pas et répondit avant le miroir ce qu’elle désirait entendre. Surprise par cette intrusion mais charmée par ce qu’elle venait d’ouïr de la bouche d’un homme, la reine demanda au Chevalier de s’expliquer sur sa présence dans sa chambre.

Le Troll usa de tout son charme et raconta à la Reine tous les boniments habituellement débités par les hommes pour séduire leur belle. L’effet fut dévastateur sur la soi-disant méchante. Un sourire radieux illumina son beau visage, ses yeux pétillaient de malice, ses joues rosirent légèrement, sa respiration devint saccadée et mettait en valeur sa magnifique poitrine. Elle écarta les bras comme pour inviter le Chevalier à venir se serrer contre elle.

Le Troll ne se gêna pas et fonça embrasser goulûment la Reine qui ne demandait que çà. Puis il l’entraîna sur sa couche, sentant qu’elle était entièrement soumise.

La morale m’empêche de raconter la suite des évènements. Sachez cependant que le Troll, qui était bien membré, fit monter rapidement sa Reine au Septième Ciel, et ne la fit redescendre que le lendemain matin, toute émoustillée et bien entendu ravie d’un tel élan amoureux. Elle n’était pas prête de le laisser repartir son beau mâle.

Les ablutions effectuées, et croyez moi elles s’imposaient après une telle nuit, la Reine revêtit sa plus belle robe et se parât de ses plus beaux bijoux. Le Troll était sous le charme.

Il remarqua un guéridon sur lequel étaient alignés, comme à la parade, des dizaines de flacons de différentes couleurs. Voyant que son amant semblait intrigué par ces fioles, la Reine lui raconta que chacune contenait une potion magique et que chaque potion lui servait à jeter un sort différent à ses ennemis, selon le degré d’animosité qu’elle avait envers chacun. De fil en aiguille elle lui dévoila que le flacon noir contenait un liquide qui lui servait à endormir ceux qui s’opposaient à elle tout en leur jetant le sort qui les réveillerait un jour peut-être.

Le Chevalier s’empressa de serrer sa belle contre lui et l’embrassa langoureusement jusqu’à ce qu’elle s’abandonna complètement et ferma les yeux, moment qu’il mit à profit pour subtiliser la fiole noire et la faire disparaître dans une de ses poches.

Je pense que vous devinez la suite. Le midi il y avait des fraises au dessert. Profitant d’un moment d’inattention de sa dulcinée, le Troll versa le contenu du flacon dans le saladier. Quand il demanda à la Reine de mettre une fraise entre ses dents pour qu’il puisse la croquer avec elle, celle-ci ne se fit pas prier. Il l’embrassa fougueusement et lui croqua la fraise au ras des lèvres tout en lui jetant un sort.

Il faut que vous sachiez que les filtres de toutes sortes n’ont aucun effet sur les Trolls. Le Chevalier n’avait donc rien à craindre d’avoir mangé une moitié de fraise. Par contre la Reine se sentit soudainement lasse et s’endormit paisiblement dans les bras de son amant avec un beau sourire aux lèvres.

Le Troll ouvrit rapidement le passage et emporta sa belle Reine dans sa chaumière. Il la coucha sur le lit naguère occupé par Blanche. Il la trouvait magnifique et tous les jours il changeait les fleurs qui entouraient ce superbe corps endormi.

Au fil des jours quelques manants essayèrent bien de réveiller cette charmante femme. Mais bien entendu le baiser n’eut jamais l’effet escompté, le Troll ayant jeté un sort auquel personne ne pensa jamais et que la morale m’interdit de révéler ici.

Puis le Troll et la Reine restèrent seuls pour l’éternité. Toutes les nuits, à la saison des fraises, un faisceau lumineux s’échappe de la chaumière et s’élance vers les étoiles. L’on raconte, dans les villages environnants, que c’est le Troll qui emmène sa Reine au Septième Ciel.

Et comme il fait toujours beau dans cette contrée merveilleuse, des fraises, il y en a toute l’année !!



© Troll JR

28 commentaires:

  1. Une amusante version revisitée, qui ressemble un peu à la belle au bois dormant.
    Il doit quand même manquer une dimension à son extase à ce Troll-chevalier, lui qui s'envoie en l'air avec une belle endormie!

    Luciole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons, Luciole, vous m'avez mal compris: le Troll réveille toujours sa Reine, puisque lui seul sait ce qu'il faut faire pour la réveiller. Et le lendemain ils mangent des fraises. Et l'histoire recommence.

      JR

      Supprimer
    2. Merci pour la précision JR , j'aurais trouvée vraiment dommage!
      Luciole

      Supprimer
  2. Toi qui a vécu un peu à la ferme, si je me souviens bien, tu peux en redire sur la crédibilité des aventures de Mirabelle, d'ailleurs tu ne t'en ai pas privé, alors permet moi de te dire que si je ne connais pas les vaches, je connais bien les femmes et ton histoire ne tiens pas la route sur ce point là, ça n'est pas la longueur ni l'épaisseur qui compte, j'en connais qui sont aussi performant que moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vincent, j'en déduis donc que tu es bien membré, tant mieux pour toi, mais sache que je suis aussi performant que toi!!

      JR

      Supprimer
  3. Est-ce un lieu pour vanter vos prouesses?
    Un peu de tenue, que diable!

    Garance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est de tenir, je tiens et à en croire JR, lui aussi.

      Supprimer
    2. Pourquoi tant de haine?
      Peace and Love pour tous les enfants d'Héraldie!

      JR

      Supprimer
    3. Je ne comprend pas ton jeu de mot, mais peut-être n'y en a t'il pas et dans ce cas là je ne comprend pas ou plutôt je comprend que tu trouves mon humour blessant et ça serait la seconde fois après Dame Pierrette que l'on me jugerait comme haineux sur ce blog alors que je ne fais que de m'exprimer, parfois avec humour, je conçois qu'il ne fasse pas rire tout le monde, voire personne, mais je n'agresse personne. J'ai un rang à tenir, moi, Monsieur !
      D'accord avec toi sur ce point, Peace and Love sur Héraldie et même ailleurs.

      PS; Je relis la remarque de Garance et j'ai de nouveau un doute à son sujet, est-ce qu'elle n'a pas cherché a me tendre la perche quand bien même la "tenue" dont elle parle n'est pas petite ?

      Supprimer
    4. Mon cher Vincent,

      L'agencement des réponses n'est pas clair. C'est à Garance que je m'adressais et non à toi. D'ailleurs si tu regardes de plus près, mon commentaire fait bien parti des réponses à Garance.

      JR

      Supprimer
    5. Excuse-moi Vincent le Rebelle, si je t'ai blessé. J'apprécie beaucoup ta présence sur ce blog sauf quand tu es grossier, sans doute parce que cela me blesse moi-même.

      Supprimer
    6. Tu t’étais déjà excusé à l’époque d’avoir été brutale, je ne comprend pas tes excuses. Tu me jugeais haineux et ma foi, il n’y a pas de mal à cela, la haine me tend les bras et c’est bien souvent que je m’y réfugie, malheureusement. Ce que j’ai dis c’est que j’étais en désaccord avec le fait que j’étais haineux lors de cet échange, il me semblait qu’au contraire, j’ai répondu du mieux que j’ai pu, avec force d’arguments, point par point à tes questions. Il n’est jamais trop tard pour s’expliquer, peut-être peux-tu m’éclairer aujourd’hui, pourquoi avoir jugé ma réponse haineuse ?

      PS; Je la recopie ici, je ne sais pas comment être informé des nouveaux commentaires par mail, est-ce possible sur ce blog ?

      L’originale est ici.





      Très drôle Vincent, vraiment très drôle! Un mariage homosexuel dans une église et Notre Dame de Paris en plus! Sincèrement et j'insiste sur ce mot, sincèrement crois-tu cela possible?



      Vincent8 février 2016 à 14:00

      Oui, c'est possible, sincèrement, l'église catholique est en perpétuel mouvement, les pratiques de l'inquisition n'ont plus court et seraient considérées comme une barbarie par la plupart des chrétiens, en tous les cas par les cadres, par exemple. Si Dieu est bien amour comme je l'ai entendu dire au catéchisme et que cette religion est une religion d'amour alors je suis convaincu que ça viendra.

      Supprimer

      pierrette colas8 février 2016 à 15:55
      Mais alors pourquoi le Créateur aurait il créé des hommes et des femmes, eux-mêmes co-créateur?
      Pourquoi l'Eglise marierait elle des hommes entre eux ou des femmes entre elles? A quoi cela servirait-il?
      Ne crois-tu pas, Vincent, qu'il vaut mieux accepter ce que l'on est?
      Ne crois-tu pas également que tu confonds Amour et sexualité?
      J'ai tendance à penser que les homosexuels eux-mêmes ne souhaitent pas se marier à l'église, et cela simplement par respect pour la religion chrétienne, qu'ils y croient ou pas.
      Nous sommes les descendants d'Adam et Eve, un homme et une femme, et l'Eglise est le lieu où tous les chrétiens se rassemblent pour écouter la parole de Dieu. Pourquoi déformer cette parole? Alors que tu sais bien que toute civilisation est basée sur le respect de la liberté de chacun, pourquoi ne pas respecter celle des chrétiens?
      Les homosexuels qui souhaitent se marier le peuvent désormais alors où est le problème?
      Est-ce Dieu qui ordonne ou sont-ce les hommes qui ordonnent?

      Supprimer
    7. Vincent8 février 2016 à 22:37
      1. Mais alors pourquoi le Créateur aurait il créé des hommes et des femmes, eux-mêmes co-créateur?

      Oh ! La ! La ! Encore une fois, c’est vraiment dur tes questions ! Tu me parles de créateur mais qu’est-ce que j’en sais si il y a un créateur ? Un créateur ? J’imagine un gars un peu comme moi quand je me met devant mon ordi pour écrire, qui cherche des vers, des rimes, qui écrit des mots, les efface, va faire un tour du coté des dictionnaires pour vérifier que le mot qu’il a voulu employé correspond bien à la définition qui en est faite et puis qui au bout du compte fait un sonnet. Dieu un poète, le monde un sonnet. Et bien je me dis que des sonnets comme ça, j’en serais pas fier ! Non mais t’as vu ce malheur partout ? Sais-tu que pendant trois cent ans les hommes, des femmes et des enfants ont été traités par d’autres hommes comme des objets ? Je parle de l’esclavagisme qui soit dit en passant a eu le soutien et les encouragements de l’église ! dixit Jean Paul II. Un deuxième exemple et après j’arrête parce qu’on en finirait pas; la passivité active de Pie XII pendant le nazisme, on peut pas dire qu’il se soit beaucoup mouillé le gaillard, sinon avec de l’eau bénite! A la même période en Allemagne, il y tellement peu de religieux qui se sont élevés contre ce qui se passait sous leurs yeux qu’on place les rares résistants religieux au rang de héros. Il y en a. Pas beaucoup, mais il y en a. J’ai écris une sonnet à la mémoire de l’un d’entre eux Paul Schneider,

      https://misquette.wordpress.com/2015/08/17/303-a-chacun-son-du/

      2. Ne crois-tu pas également que tu confonds Amour et sexualité?

      Bon passons, Dieu aurait donc créé des hommes et des femmes, tu veux dire par-là que son but était qu’ils se reproduisent, comme des lapins et tu me dis ensuite que je confond Amour et sexualité ? Ca serait pas plutôt toi qui confond les deux ? La sexualité c’est bien ce qui permet aux hommes de reproduire, non ? Qu’est-ce que l’amour a à voir avec la reproduction ? Je ne te l’apprend pas, on peut parfaitement se reproduire sans amour voir dans la haine l’un de l’autre. Demande à une femme qui tombe enceinte à la suite d’un viol quels sentiments elle a pour le gars qui est responsable de son état !

      Suite dans le message suivant

      RépondreSupprimer

      Supprimer
    8. 3. Le respect de la parole des Chrétiens

      Mais cette parole, comme tu dis, les dogmes je dirais, car il s’agit de cela, ne font qu’évoluer, ils ne sont pas fixes, immuables, ils sont le fruits d’arrangements entre groupes, on fait des compromis pour éviter des scissions qui existent d’ailleurs; orthodoxes, protestants etc… Tous des chrétiens, certains reconnaissent le divorce par exemple et pas d’autres et pour ce qui est de l’homosexualité, des chrétiens (les protestants) ont décidé récemment de bénir les couples homosexuels au temple. La parole de chrétiens est changeante et multiple.
      Le respect, mais Pierrette (j’écris ton prénom pour t’interpeller, j’ai peur que tu t’endormes), Pierrette donc, qui entrave la liberté des chrétiens ??? Oui, il y a des gens qui l’entravent, Daech et bien d’autres dans le monde mais pas les chrétiens qui demandent d’être accepter dans leur communauté pour ce qu’ils sont ! Pas ceux qui sont croyant et qui veulent eux aussi être unis devant le Dieu qu’ils aiment ! Ils demandent une reconnaissance, ils ne brûlent pas les églises, ne tuent pas les fidèles !

      4. Les homosexuels qui souhaitent se marier le peuvent désormais alors où est le problème?

      Nous parlons du mariage religieux

      5. Est-ce Dieu qui ordonne ou sont-ce les hommes qui ordonnent?

      Des hommes ordonnent au nom de Dieu, ils ordonnent la Saint Barthélémy par exemple ou l’exécutions des chrétiens en Orient. Est-ce que Dieu ordonne ? Je vais te donner ma façon de voir Dieu. Dieu c’est comme une des petites filles dont je me suis occupé dans le cadre de mon travail, malheureuse, immensément malheureuse parfois et heureuse d’autre fois, immensément heureuse pour peu qu’on la regarde, que l’on prête attention à elle, que l’on joue avec elle. Elle nous aimais, on ne pouvais pas ne pas l’aimer. On aime d’être aimé. L’amour nous oblige à l’amour. L’amour ordonne l’amour. C’est comme cela que dieu ordonne, pas en nous demandant de se marier avec une fille si on est un garçon ou l’inverse.



      https://misquette.wordpress.com/2015/01/23/158-vivante/


      Bon et bien sur ce je vais me couché, avec une fille.

      RépondreSupprimer

      pierrette colas9 février 2016 à 07:34
      Excuse-moi Vincent de te répondre un peu brutalement mais je me demande bien comment tu peux aimer avec tant de haine dans le cœur?

      Voilà ce qu'il en était de notre échange d'alors.

      Supprimer
    9. J'ai bien relu notre conversation Vincent le Rebelle et en ce moment même je me dis "je ne sais pas ce qu'est l'amour en fait". Dame Naïla dit que nous ne faisons que nous projeter sur le monde que tout vient de nous, que même le soleil n'est que dans notre regard. Marc le blasonneux dit que la vie se résume à marcher seul vers la porte des étoiles. Toi tu dis qu'une petite fille malheureuse s'est sentie aimée parce que tu la regardais et t'occupais d'elle, tu dis qu'on aime d'être aimé, ce qui revient à dire qu'on aime être aimé, ce qui tend vers le narcissisme en fait. Donc en ce moment je dis que je ne sais pas ce qu'est l'amour. Ou plus exactement je crois que l'amour est partout et que c'est à chacun de le saisir, et surtout de l'écouter, mais c'est un peu dingue de dire ça.

      Supprimer
    10. Ce que tu dis de l'amour me remet en tête la définition qu'en donne Jacques Lacan,

      "Donner de l'amour, c'est vouloir donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas". Jacques Lacan

      et ces vers de Jean Genet (on a déjà parlé de lui ensemble je me souviens, c'était une de nos première, sinon notre première discution ;

      J'arrive dans l'amour comme on entre dans l'eau,
      Les paumes en avant, aveuglé, mes sanglots
      Retenus gonflent d'air ta présence en moi-même
      Où ta présence est lourde, éternelle. Je t'aime.

      Le condamné à Mort et autres poèmes.

      Et aussi ce vers du condamné à mort ;

      "Nous n'avions pas fini de nous parler d'amour"

      Non, ça n'est pas dingue de dire ça, ce qui est dingue qu'il n'y a pas de discutions possible, que l'amour c'est l'idée que l'on s'en fait, un point c'est tout. Cela conduit au sectarisme, à se taper sur la gueule au nom de l'amour, c'est ça qui est dingue.

      Supprimer
    11. L'amour est aussi cet attachement, ce lien qui permet de contrôler la pulsion.
      le sexe est un besoin d'accouplement, c'est une émotion dictée par l'instinct.

      L'amour est un sentiment, (une interprétation qui donne sens à l'émotion) qui crée une relation.
      Relation, relier,religion, voilà le principe de "Dieu" qui émerge.

      Luciole

      Supprimer
    12. Désolée mais je ne suis pas d'accord. Sans l'Amour on est mort, l'Amour c'est ce qui nous fait exister, l'Amour est la seule réalité qui vaille la peine d'être vécue. L'Amour est là, il nous attend, c'est à nous de le saisir et de le faire vivre.
      La sexualité est une expression de l'Amour, s'il n'y a pas d'Amour dans la sexualité elle ne se réduit alors effectivement qu'à un besoin d'accouplement.

      Supprimer
  4. Le printemps réjouit les coeurs...

    Garance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu mets de l'huile sur le doute avec tes trois petits points. Tu agrandis le mystère, ne crois-tu pas que nous ayons déjà assez faire avec le mystère ici ? ;)

      Supprimer
    2. Le printemps réjouit les coeurs et stimule la libido. :)

      Garance

      Supprimer
  5. Mon cher JR,

    Une méprise de plus qu'engendre la communication par ce biais, effectivement j'ai cru que tu me répondais vu l'agencement des réponses, il va falloir que je tienne compte de cette donne à l'avenir sinon cela va être source d'un nouveau malentendu. Pour ce qui est de "J'ai un rang à tenir, moi, Monsieur !" je ne l'ai pas précisé mais c'était en rapport à mon sobriquet ici, Vincent le Rebelle et pas que je considère que tu te la pètes comme on dit vulgairement.

    Ceci dit, je reste dans le doute quand à ce que pense Garance. C'est un autre travers de ce type de discussion, on est privé de la communication non verbale, si riche, qui transforme certains mots lus percus comme des insultes en caresse quand ils sont dit avec une certaine expression du corps d'où l'utilisation des émoticones mais ça ne remplace pas un sourire malicieux par exemple comme je l'affiche souvent pour ponctuer mes sorties. Bon, sur ces explications, je retourne à Aragon dont je viens de trouver une belle citation, tiens, elle est pour toi;

    "Il y a plusieurs façons de se jeter à l’eau. Plonger. Tomber. Se débattre.
    Je me jette à l’eau des phrases comme on crie. Comme on a peur. Ainsi tout commence..."

    Aragon, Je n’ai jamais appris à écrire ou les incipit, 1969

    Et puis comme je ne suis pas avare avec ce qui ne m'appartient pas et au cas où Garance nous en veuille injustement de nos plaisanteries, celle là pour elle;

    « A chaque instant je me trahis, je me démens, je me contredis. Je ne suis pas celui en qui je placerai ma confiance » (« Révélations sensationnelles », dans Littérature 13)

    Sachant pour essayé d'éviter une nouvelle confusion que ces citations n'ont aucun liens avec les échanges précédents, c'est juste parce que je les trouve belles.








    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ainsi tout commence..."( Aragon)

      Les points de suspension sont-ils dans le texte?
      Qu'est-ce qui commence?

      Nous avons tous nos contradictions je pense, seuls les grands poètes ou écrivains savent si bien l'exprimer.
      Ils savent aussi si bien dire l'amour, "Les yeux d'Elsa"

      Garance

      Supprimer
    2. Je viens de chercher sur internet réponse à ta question, j'avais déjà cherché avant sans succès déjà. Sans réponse j'ai imaginé que la phrase s'arrêtait là ou que le reste n'avait pas ou peu d'importance puisque partout où je l'ai trouvé, elle s'achevait par cette ponctuation. Ca ne m'a pas étonné pour m'être intéressé à Grégoire de Nysse, qui parle dans un texte de commencement. Le vie est commencement, elle n'est pas une réponse mais une question, une énigme. J'ai écrit un texte là-dessus, Résister à la mort.

      https://misquette.wordpress.com/2015/04/12/205-resister-a-la-mort/

      On eut y trouver une poésie d'Henriette dont le l'adresse de l'excellent blog est ici

      https://entrepoetique.wordpress.com/2016/05/07/deux-ames-en-peine-entre-nos-murs-cest-une-en-trop/#comments

      Mais pour parler du commencement, je n'ai pas trouvé mieux que cette lettre d'un religieux, un certain ENZO BIANCHI que je vais mettre dans le message suivant parce que trop long.

      Supprimer
  6. Cher Jean,

    Dans la vie spirituelle, on ne peut jamais dire qu’on soit arrivé, car il s’agit d’avancer toujours et encore… Voilà une des idées fortes du père de l’Église dont je veux t’entretenir aujourd’hui. Son nom: Grégoire de Nysse; c’était le frère cadet de Basile de Césarée. Né vers 335 en Cappadoce (dans l’actuelle Turquie), il était maître de rhétorique lorsque, en 371, son frère l’ordonna évêque de Nysse, contre son gré. Lui qui n’aspirait qu’à la vie spirituelle et intellectuelle se révéla piètre administrateur, mais joua un rôle de premier ordre au grand concile de Constantinople de 381. Au cours de sa vie, il préféra toutefois se consacrer à sa production littéraire, qui était devenue abondante lorsqu’il mourut vers 395.

    Parmi ses nombreux écrits, qui se caractérisent par une pensée pénétrante et une grande profondeur, j’en choisirai un pour toi: les Homélies sur le Cantique des Cantiques. On y trouve cette phrase: dans la vie chrétienne, on va « de commencement en commencement, par des commencements qui n’ont pas de fin ». Grégoire commente là un passage du livre biblique du Cantique des cantiques, qu’il interprète comme le dialogue de Dieu avec la personne croyante.

    Pour lui, l’homme est un être en devenir, qui ne parvient jamais à la perfection, car il est toujours en proie aux forces négatives, au mal dont il se laisse séduire. La personne doit dès lors toujours à nouveau cheminer vers ce Dieu qui l’appelle, qui représente son désir infini, mais qui ne peut pourtant jamais être rejoint pleinement, si ce n’est dans la mort. Comme l’écrit Grégoire: « La vraie perfection – qu’est Dieu – ne peut jamais être atteinte, elle constitue toujours un mouvement vers le mieux; elle ne peut être contenue par aucune limite ». Et il reprend ailleurs: « La perfection n’a qu’une seule limite: c’est de n’en avoir aucune… »

    Ainsi, tu le comprends, un disciple du Christ ne parvient jamais, dans sa vie, à être pleinement chrétien, ni l’Église, dans son pèlerinage vers le Royaume, n’épuise la plénitude de la vie chrétienne. Seul Dieu est en mesure d’achever l’œuvre qu’il a commencée dans le chrétien à travers le baptême (voir Ph 1,6). Oui, la vie chrétienne est un recommencement perpétuel, à travers lequel on cherche à se placer toujours de nouveau à l’écoute de Dieu qui nous parle, et à tout prédisposer continuellement pour mettre en pratique sa volonté!

    RépondreSupprimer
  7. "Dans la vie spirituelle, on ne peut jamais dire qu’on soit arrivé, car il s’agit d’avancer toujours et encore…"
    J'ai envie de dire la même phrase, comme toi, sans le mot "spirituel" : la vie est re-commencement, encore et toujours.
    Peut-être serait-elle profondément ennuyeuse sans cette énergie qui nous fait avancer. Et souvent c'est l'amour qui nous incite à donner et à tendre vers le meilleur.
    Merci pour les liens, je vais les consulter.

    Garance

    RépondreSupprimer
  8. Eh bien, qui l'eut cru, à partir d'un petit conte trollien réservé aux adultes avertis, certains commentaires ont atteint les étoiles. Je suis fier d'avoir suscité une telle réflexion. Vous voudrez bien m'excuser mais il est l'heure maintenant pour moi d'aller me changer et de réveiller ma Reine.

    Le Chevalier-Troll

    RépondreSupprimer