mercredi 11 mai 2016

Le Corps (l'enveloppe charnelle)

Composition de l'auteur

Si l'esprit n'est rien sans le corps, le corps lui ne
Se distingue pas de l'esprit. C'est de lui que
Naît le plaisir ou la souffrance. C'est en lui
Aussi que bat le cœur sauvage de la vie.

C'est lui qui touche ou est touché, ainsi il nous
Met en contact avec ce qui nous environne:
Pierres, arbres, souffles, lumière. Certes, il raisonne
Peu mais c'est un instrument admirable, tout

Entier fait d'une substance prodigieuse
Contenant toutes les liaisons radieuses
De l'Univers. S'il rêve il se fait nuée mais

Le corps encore subit le rythme vital
Et peut-être que l'âme elle-même, a du mal
A se servir de lui qui est si près d'elle.

2 commentaires:

  1. L'âme au service du corps
    Le corps au service de l'âme
    Un duo étonnant et magnifique
    Un sonnet où "bat le cœur sauvage de la vie."

    Luciole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'y tiens à ce coeur sauvage de la vie.

      Supprimer