mercredi 11 mai 2016

Des lézards et des hommes

Image de l’auteur

Un groupe de marcheurs, vers le soir, arriva
Au pays des lézards, où nul être ne va.:
Ils se sont arrêtés pour un temps de prière,
Sachant que leur chemin n’irait pas en arrière.

Ce pays des lézards, c’est un pays sans vent,
Accueillant pour les morts, plus que pour les vivants ;
Une fois qu’on y vit, ce n’est pas si horrible,
Même si leur pinard n’est vraiment pas terrible.

Dans le moindre recoin, les lézards sont nombreux,
Apportant aux humains des songes ténébreux ;
Mais parfois, l’un d’entre eux, du haut d’une colline,
Fait plaisamment entendre un air de mandoline.

Cochonfucius

2 commentaires:

  1. Des lézards, un mauvais pinard et de temps en temps un air de mandoline, non franchement Cochonfucius, j'ai bien réfléchi, je ne crois pas que l'on existe pour finir comme ça.
    Le blason est très beau.

    RépondreSupprimer
  2. BRAVO M. Cochonfucius.
    Mais oui chère Dame, la pauvre terre n'est couverte que de lézards et de serpents. Ils n'accordent aucune chance à quiconque sur leur chemin passant. Ne vous laissez donc pas séduire par leurs sons de mandoline. Venant de terre ou de colline.

    RépondreSupprimer