lundi 23 mai 2016

Démons gardiens

Image de l’auteur

Nous, les démons gardiens de ces agneaux timides,
Nous restons avec eux pour qu’ils deviennent forts :
Croire, ils ne doivent point que l’inframonde est vide,
Autrement, leur sommeil serait comme la mort.

Même si nous offrons des cauchemars morbides,
C’est pour que leur esprit fasse quelques efforts
Afin de parvenir à ce monde limpide
Où toujours est joli ce qu’apporte le sort.

Agneaux, presque jamais, ne vont boire en taverne,
Mais le roi, pour cela, nul prix ne leur décerne,
Lui qui s’emplit souvent d’un excès de liqueur.

Agneaux jamais n’auront ce travers lamentable
De paresseusement s’endormir sous la table :
Ainsi, de leurs démons, leur cœur sobre est vainqueur.

3 commentaires:

  1. Je crois bien que le prochain conte sera sur l'inframonde d'Héraldie, Cochonfucius,êtes-vous d'accord?
    En attendant je vais publier un conte que j'ai écrit il y a longtemps, à l'époque où Héraldie n'était pas encore une Nef mais une Contrée.
    Vous n'étiez pas encore entré en Héraldie à cette époque, pourtant votre atelier y existait déjà. C'est en votre honneur que je vais reprendre ce vieux conte et aussi en l'honneur de tous les Héraldiens, ceux qui sont toujours là et ceux qui sont partis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK pour un conte sur l'inframonde.

      J'ai hâte de le savoure.

      Supprimer
    2. Une collection d'exemples :

      https://paysdepoesie.wordpress.com/?s=inframonde

      Supprimer