lundi 4 avril 2016

Vibrance vermeil

 Peinture d'Erica de Mane

Tous les poissons s'attrapent ; pourtant, il en est un
Qui n'est ni consommable ni élevable ;
Il n'est pas un milieu qui lui convienne, aucun ;
Il se mourrait, tout lieu lui est invivable.

Il faut lui creuser un bassin profond sans bord
Car il aura besoin de nager à sa guise ;
Si l'on cherche à le surprendre, il fait le mort ;
Pour le voir, une patience sans limite est requise.

Nulle main, même la plus ferme, ne le saurait saisir ;
Le pouvoir approcher est déjà rare plaisir.
S'il est heureux, il monte en surface et frétille ;

Scintillements d'écailles en mille reflets de Soleil !
Sur l'onde gracieuse il glisse, telle une vibrance vermeil.
Un monde d'abysses miroitent parfois dans sa pupille...

3 commentaires:

  1. Bonjour M. SINNIGER,
    Vous chanceux, vous avez vu le poisson vous avez pu l'approcher et même le toucher. Il en est mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En êtes-vous sûr? Il est des poissons qui ne meurent pas, Illusion cette mort-là! Et je dis que celui qui touche ce poisson-là est Bien-vivant!

      Cielespoir

      Supprimer
  2. Cielespoir, vous avez mille fois raison ! Merci de nous le rappeler avec autant de force. Je ne suis pas à ignorer que vous parlez en bonne connaissance de cause.

    RépondreSupprimer