samedi 23 avril 2016

Sagesse triple

Image de l'auteur

Le Bouddha de jadis est de souvenirs plein,
Il les tient bien en ordre, et jamais ne s’en plaint ;
Ces reflets vagabonds qui dans son coeur gravitent
Lui donnent, au contraire, un plaisir sans limite.

Le Bouddha du futur, écoutant les ténèbres,
N’entend ni chant joyeux, ni complainte funèbre ;
Il n’y trouve ni l’oeil d’un perfide ennemi,
Ni celui d’un démon qui de rage frémit.

Le Bouddha du présent n’éprouve nul effroi,
Il parle avec douceur, et plaisante avec moi :
Parfois c’est un Bouddha, mais parfois, c’est un ange
Qui répète les mots de ce poème étrange.

1 commentaire:

  1. Je perds la tête avec tous ces Bouddha!(Eux aussi ils ont perdu la tête, ils ont une tête de Bouddha et un corps d'ange, c'est un scoop: Bouddha est devenu un ange.)

    RépondreSupprimer