jeudi 28 avril 2016

Monde passant

L'alouette en son vol

Où sont les prés et les forêts de mon enfance,
Fendus par les rubans de fer et de bitume ?
La hâte nous a fait perdre notre innocence ;
Les pulsions ont remplacé les anciennes coutumes.

Où sont les ruisseaux où coulait l'eau cristalline
Et l'alouette qui chantait au-dessus des blés ?
Les Paroles anciennes sont devenues sibyllines,
Lors que le simple bon sens est à s'ensabler.

Nous sommes à courir partout de par la planète,
Ne rapportant que plates images de nos vaines quêtes,
Prenant toute sensation pour de l'intensité

Et confondant l'épaisseur avec la hauteur.
Le monde est à s'enfoncer dans sa pesanteur,
Lors que tout s'y démaille et perd sa densité.

1 commentaire:

  1. Passant en ce monde
    Lors que rien n'est vain
    En ce passage sans fin
    Est une véritable ronde
    Balayant les illusions
    En L'esseulement de L'Onde
    Qui de L'Echo revient
    Ces heures profondes
    Alors se trace un chemin!

    Naïla

    RépondreSupprimer