mercredi 6 avril 2016

Maître Coq en sa bure de sable


Blason de la famille de Polier

Que s'imagine-t-on ? Que je suis à m'amuser
En commettant des vers terminés par des rimes ?
Que je me paye de jolis mots pour abuser
Le lecteur qui ignore à quoi tout cela rime ? 

Croit-on qu'écrire est juste un aimable passe-temps
Pour se donner des airs ou une quelconque posture ?
Ne sent-on pas derrière la plume le pénitent
Des heures creuses en sa plus misérable vêture ? 

Me voici en effet en ma bure de sable ;
Même dans les étoiles, mon esprit demeure stable ;
Mais je ne suis qu'un pauvre mendiant de Lumière 

Recueillant dans sa besace les petits cailloux
Blancs que mon cœur voit comme les plus précieux bijoux.
Plus que le fier château me plaît l'humble chaumière.

6 commentaires:

  1. "J'écris par misère interieur" Cioran

    RépondreSupprimer
  2. Ô...soyez béni, mendiant de Lumière! Avec vous nous ramassons les petits Cailloux Blancs avec beaucoup d'Amour et d'Espoir comme autant de Bonnes Nouvelles! Merci, Ô Merci Seigneur!

    Cielespoir

    RépondreSupprimer
  3. L'écriture n'est pas un jeu en Héraldie, elle est une prise de conscience sur le monde.
    Les mots nomment les choses et les transforment en réalités littéraires.
    Chaque texte est une nouvelle naissance de son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Chaque texte est une nouvelle naissance de son auteur."
      Comme vous exprimez bien ce que je ressens en lisant les poèmes d'Héraldie. Chaque lecture un renouveau de l'être, ça me bouleverse chaque fois.

      Garance

      Supprimer
    2. Vous avez raison Dame Garance, chaque texte est aussi une nouvelle naissance pour les lecteurs.

      Supprimer
    3. Nous cheminons en même temps que vous.
      Un voyage vers la lumière du coeur.

      Supprimer