dimanche 3 avril 2016

Les causeuses ou la voix de l'intime

Les causeuses de Camille Claudel

Des nymphes au corps voluptueux sont assises sur un banc.
La présence d'un mur semble les protéger.
Les regards de ces femmes, à peine esquissés,
semblent se tourner vers l'une d'entre elles.
Cette communion des corps prend forme dans l'onyx,
matière translucide qui révèle l'intimité, l'intériorité de ces êtres.
Leurs voix sont suspendues, silencieuses, imperceptibles.
Les corps se rapprochent pour mieux se fondre dans l'écoute.
C'est une invitation au secret.
L'œuvre est d'une pure beauté, elle nous laisse sans voix.

Isabelle Ségovia, L'Oeuvre dans le Regard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire