samedi 9 avril 2016

Le pain et l'eau


Suis-je à désirer un monde extraordinaire
Lors que celui-ci est empli de mille beautés ?
Combien je m'étonne des choses ordinaires
Qu'un regard vierge découvre en leur nouveauté !

Mille fois je vois la rose et mille fois je l'admire ;
Se lasse-t-on de manger le pain et de boire l'eau ?
Combien se croient réveillés mais sont à dormir ?
Est-ce vivre que de tourner à vide au galop ?

Et l'est-ce que de s'accrocher aux apparences
Et de confondre quantité avec substance ?
Que de peines pour ne pétrir que des illusions !

L'on a beau vouloir se diluer dans la masse,
La solitude toujours nous rattrape dans sa nasse,
Lors que sont tombées à plat nos vaines effusions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire