vendredi 29 avril 2016

Forteresse des Bouddhas

Image de l’auteur

Loin de nos villages boueux
Est la forteresse de brume ;
Loin du monde et de son écume,
Les Bouddhas ont un lieu pour eux.

Dans leur cellule, en méditant,
Même si l’heure est bien tardive,
De leurs perceptions, ils se privent :
Mais dans leur coeur, c’est le printemps.

Ils n’ont que de l’eau fraîche à boire,
Ils n’ont, pour jardin, qu’une cour ;
Mais c’est à eux qu’on a recours
Pour effacer les idées noires.

23 commentaires:

  1. Cochonfucius, pardonnez-moi. Soit vous êtes un provocateur, soit vous cultivez l'hypocrisie. Je m'explique: comment les Bouddhas auraient-ils un coeur printanier s'ils se privent des perceptions?
    De quelles idées noires les bouddhas ont-ils triomphé? Citez-m'en une seule et je m'inclinerai.

    RépondreSupprimer
  2. C'est que le printemps n'est pas un lieu mais un éternel présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soit les bouddhas ont un coeur printanier parce qu'ils vivent dans le présent, admettons, on peut en effet jouer sur le sens des mots.
      Mais est-ce que quelqu'un peut répondre à la deuxième question?

      Quant à vous Cochonfucius, vous n'avez répondu à aucune question. Sachez que je m'en rends compte, mais comme vous êtes ma Muse j'ai plutôt tendance à tout vous laisser passer.

      Supprimer
  3. Dame Pierrette, votre dernière remarque n'est-elle pas une idée noire dont Cochofucius a triomphé puisque vous dites vous-même qu'il est votre Muse ?
    Oui, je pense que Cochonfucius est devenu le Bouddha d'Héraldie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès l'instant qu'il ne nous boude pas...

      Supprimer
    2. Non, non, je ne pense pas cela, ne transformez pas Cochonfucius en Bouddha, je vous prie et répondez plutôt à la deuxième question si cela est possible, mais clairement. Pas de jeux de mots, ni d'apparence, de la lumière avant toute chose!

      Supprimer
    3. Très drôle Vincent, très drôle, vraiment!

      Supprimer
    4. "Vraiment", mais comment pourrais-je en douter ?

      Supprimer
  4. Vincent, je crois que nous avons réussi à mettre Dame Pierrette en colère.
    N'as-tu donc pas une petite idée noire à soumettre à ces bouddhas?
    Je suis sûr qu'ils ont le triomphe modeste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je suis désolé, je viens de terminer un sonnet dont je suis assez content, mais si tu ne te trompes pas Pierrette devrait avoir ce qu'il leur faut.

      Supprimer
    2. Je disais à Jean que tu avais peut-être des idées noires à leur soumettre si effectivement tu as pris la mouche pour un frelon asiatique.

      Supprimer
    3. Mais non enfin, je pose une question: comment les bouddhas pourraient-ils triompher des idées noires? C'est Cochonfucius qui écrit cela et je ne comprends pas c'est tout. Les bouddhas sont enfermés dans leur monde intérieur pour ne pas souffrir, ils se nourrissent d'illusions, se coupent de la réalité. Alors finalement, ils laissent les idées noires envahir le monde et se replient sur eux-mêmes pour ne pas les voir. Je ne pense pas que c'est ainsi qu'il faut vivre.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  5. Je reprend, ne peut-on pas, si la description des Bouddhas que tu fais est exacte, les comparer à certains ordres religieux qui se consacrent à la contemplation, il y en a chez les catholiques par exemple si je ne me trompe ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense Vincent le Rebelle que la force de la prière est réelle et que certaines personnes sont appelées par Dieu pour prier pour les autres. Ces personnes sont tellement envahies par l'amour de Dieu qu'elles sont avec lui et oeuvrent avec lui.
      Mais ce n'est pas le cas du bouddhisme, d'ailleurs le bouddhisme n'est pas une religion, c'est une attitude dans la vie, une attitude pour ne pas souffrir.
      Dieu ne veut pas que nous souffrions mais ce n'est pas en se repliant sur soi même qu'on ne souffre pas, c'est en écoutant Dieu et en faisant ce qu'il nous demande, c'est vers l'extérieur qu'il faut aller c'est à dire vers Dieu. C'est lui qui fera grandir notre coeur, c'est en ce coeur qu'est notre lien avec Dieu. Voilà ce que je pense. Chacun a sa mission sur terre, ces missions ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Toi et Naïla par exemple vous n'avez pas les mêmes missions. Naïla est envahie par l'Amour de Dieu, toi tu es un rebelle mais le problème c'est que tu es rebelle contre tout, il faudrait que tu te recentres un peu et que tu demandes à Dieu contre quoi il te demande de lutter en fait.

      Supprimer
  6. Merci du conseil.

    Quand à toi je connais maintenant ta mission soldat Pierrette, remettre les brebis égarées dans le droit chemin, ce qui ne doit pas déplaire à tout le monde, un petit coup de baguette sur les fesses c'est bon pour la circulation sanguine, ça tonifie.

    Plus sérieusement, c'est intéressant la distinction que tu fais entre Bouddhisme et ordres contemplatifs mais je ne suis pas sûr qu'elle soit fondée. Il me semble que les prêtres Bouddhistes prie pour les fidèles aussi, d'ailleurs ils vivent de leur aumône, je doute que ça ne soit pas une rétribution. Pas le temps ce matin d'aller approfondir la question car j'ai une mission, je ne sais pas si c'est Dieu qui me l'a donné mais je dois aller travailler sans quoi je ne pourrais pas subvenir à mes besoins.

    RépondreSupprimer
  7. Le Bouddhisme ne reconnaît pas un Dieu créateur donc je ne vois pas comment les bouddhistes peuvent prier. Ce n'est pas une religion mais une philosophie.La philosophie du bouddhisme affirme que la souffrance naît du désir ou de l'envie. C'est en s'en libérant qu'on parvient au nirvāṇa. Belle philosophie en effet que cette philosophie mise au service du repliement sur soi! Nier que la vie est désir m'apparaît comme totalement illusoire.
    Maintenant, Vincent le Rebelle, je n'ai pas pour mission de remettre les brebis égarées dans le droit chemin car je suis une brebis égarée, comme la plupart de nous tous d'ailleurs, nous sommes égarés sur cette terre, il n'y a que le Créateur qui connaît le chemin. Encore une fois, écoute-le.
    Et enfin évite tes petites plaisanteries obscènes avec moi, elles ne me plaisent pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du trop abuser, je ne l'entends pas.

      Obscène! Comme tu y vas! Pas de quoi fouetter une chatte nom d'une pipe!

      Ta dernière remarque m'a remis en mémoire une chanson que j'ai redécouverte pour l'occasion, "Le pornographe" de Brassens;

      https://www.youtube.com/watch?v=l4NIG6tnT_4

      J'suis l'pervers qui fait des vers...

      Il faut quand même que je mérite le sobriquet que tu m'as donné.

      Vincent le Rebelle

      Supprimer
  8. Personne ne peut donc répondre à la question: De quelles idées noires les bouddhas ont-ils triomphé?
    Bon, la réponse est donc: aucune.
    On n'a donc pas intérêt à avoir recours à eux
    pour effacer les idées noires. Désolée Cochonfucius.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jeux de mots mis à part, j'aimerais faire une petite mise au point concernant le Bouddhisme.
      Certes, il ne s'agit pas d'une religion mais ce n'est pas non plus une philosophie. Le bouddhisme est une forme traditionnelle qui en effet ne connait pas le concept de Création, tout simplement parce que la mentalité bouddhique n'en a pas besoin.
      L'univers, ce monde et les êtres restent contenu dans l'Etre et leur séparation ainsi que leur multiplicité est illusoire.
      Autrement dit, les êtres n'ont de réalité que dans leur dépendance à l'égard de l'Etre principiel.
      Nous autres, occidentaux sommes habitués à une conception anthropomorphique du divin. Rien de tel n'existe dans le Bouddhisme car cette tradition ne conçoit pas de réelle séparation entre un monde divin et un monde terrestre. Le dualisme inhérent à la mentalité occidentale moderne n'est pas aussi marqué chez les bouddhistes.
      Quant à la question de la souffrance, il y a sans doute des distinctions à faire. Les souffrances dues à la maladie par exemple sont une réalité face auxquelles les patients ne peuvent rien si ce n'est espérer guérir avec l'aide des médecins.
      Mais la souffrance dont vous parlez, Dame Pierrette, et que vous reliez justement au désir, se soigne par le détachement. Cela signifie qu'au lieu de vouloir à tout prix maîtriser son destin, il faut au contraire s'y abandonner totalement et se contenter de ce qui nous est donné.
      Enfin, vous semblez conditionner la prière à la croyance en un créateur. C'est loin d'être une évidence ! Sans parler du fait que la prière n'est pas la seule modalité de relation à Dieu.
      Enfin, lorsque le corps est équilibré, que l'âme est pacifiée et que le coeur est en éveil, comment pourrait-on nourrir la moindre idée noire? Cela ne veut pas dire pour autant que les moines bouddhistes soient totalement coupés du monde. Je vous renvoie à ce reportage que j'ai posté sur le site qui parle dun maître japonais du zazen.

      Supprimer
  9. pierrette colas3 mai 2016 à 12:42

    Je pense que la vie est désir Jean d'Armes et l'un, que l'énergie de la vie est l'énergie du désir par conséquent je ne peux pas envisager ma vie comme une bouddhiste qui affirmerait que la souffrance naît du désir. Pour moi le désir n'est pas négatif, il est à contrôler bien sûr, mais sans désir, il n'y a plus de vie. Les gens qui n'ont plus de désirs sont déjà morts, ils vivent leur vie comme des automates bien endigués dans leur règles et leurs normes, ce n'est pas humain.
    J'ai regardé votre reportage, ce maître japonais a trouvé son équilibre, choisi sa vie mais il assujettit aussi beaucoup de personnes qui ne ressentent pas forcément les choses comme lui. Chacun doit trouver son équilibre intérieur selon ce qu'il est or nous sommes tous différents.
    Oui je crois en Dieu mais je suis bien d'accord avec vous lorsque vous dites " que la prière n'est pas la seule modalité de relation à Dieu."

    RépondreSupprimer