mardi 12 avril 2016

Coqs de minuit

Composition de l'auteur

Je reviens du Ponant, moi, le coq de Saint Pierre,
Vers le jardin magique où grandissait Adam ;
Je vois le coq de Jean qui de l’Enfer ardent
A quitté la fournaise, et la rouge lumière.

Le serpent nous observe, il n’a guère changé,
Car il est demeuré le gardien de son arbre ;
La Parole de Dieu, ça le laisse de marbre,
À chaque visiteur, il propose à manger.

Mais deux coqs peuvent-ils recommencer l’histoire?
Adam n’est que poussière, et ne peut revenir ;
Nous allons disparaître, et cendre devenir,
Ainsi, seul restera le Serpent dans sa gloire.

Cochonfucius

2 commentaires:

  1. Ah! moi je me suis personnellement engagée dans un de mes commentaires récents, à combattre aux côtés de Maître Coq et cela malgré le Serpent qui fait ici le malin sur son pommier... comment il l'appelle déjà? Ah oui, l'arbre de la connaissance, il dit cela pour nous tenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serpent est bon vendeur.

      (Voir John Milton).

      Supprimer