lundi 21 mars 2016

Ṣâd

Peinture de Nicolas Poussin (1594-1665), Le Jugement de Salomon



Ṣâd

Quatre-vingt dix.
Boucle fermée au monde du multiple
S'ouvrant à la louange de l'Unique,
Clé instituée de l’Épiphanie de Sa Présence,
Porte de l'invocation.
L'Adam primordial, bien longtemps avant d’avoir été modelé dans d'argile,
En sa forme divine,
Fut alors revêtu du manteau de la pureté des mondes incréés,
Unissant en son intimité secrète
Le Bien universel et la Vertu totalisante.
Il prononça dans le berceau de la perpétuité
L'attestation de la Seigneurie suprême
et reçut les insignes de la science des noms.
Chaque jour, chaque instant,
L'Artisan divin est à Son œuvre,
Ordonnant les mondes selon Son décret
Et façonnant les êtres selon les attributs de Son essence.
Ainsi, le sultan est abaissé dans son élévation,
Le sage se voit confier le gouvernement et la puissance vraie,
Le riche est mortifié par l'accumulation éhontée de ses avoirs,
L'indigent est enrichi du diadème de l'endurance.
Le Juste en sa Justice inaltérable !
Il a fait de David son héritier,
Lui offrant la sagesse et la soumission des montagnes.
A son appel, tous les oiseaux du ciel se rassemblaient en chœur,
Psalmodie à l'unisson des sphères innombrables !
De ses infaillibles jugements, nous gardons la mémoire !
Puis, couronnant sa vertu,
Il lui donna son fils Salomon
Qui dédaignait les nobles cavales,
Préférant les trésors infinis du Souvenir.
Impénétrable !
Singulier sans second !
Son nombre est quatre-vingt quatorze.
Unisson du premier homme et des mondes soumis,
Perfection de la Loi qui harmonise la vertu des nations.
Son nombre est treize.
Purification des êtres en vue de leur retour,
Mort apparente,
Cycle de vie dans son renouvellement.
Son nombre est quatre.
Racine de toute chose,
Qui révèle et stabilise
La totalité de la création !

Le roi David dansant devant l'Arche d'Alliance

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire