mardi 8 mars 2016

Nuit d'écume

Peinture d'Ivan Konstantinovich Aivazovsky

Mille soleils d'or pour éclairer une multitude
De mondes mais un seul pour irradier mon instant ;
Sur mon océan voguant, il dit ma longitude ;
L'horizon c'est son zénith, toujours droit devant.

La mer démontée fut d'écume cette nuit encore ;
Les voiles trop tendues menaçaient de déchirer ;
Il ne restait guère plus qu'une goutte d'espoir à bord ;
- Capitaine, tiens ta barre, pas question de virer !

Le ferais-tu que les vents te seraient contraires,
Transformant ton fier vaisseau en nef funéraire ;
Il faut tenir le cap, quoi qu'il t'en coûtera !

Que l'aube vienne et aussitôt les flots s'apaisent ;
Les courants profonds ne sont pas de ceux qui biaisent ;
Échappe à l'un, le suivant te rattrapera !

2 commentaires:

  1. Tiens bon capitaine, les jours rallongent!

    RépondreSupprimer
  2. Mon cher Noé, seriez-vous soudain en proie au doute?
    Allons! Matelots d'Héraldie, qu'attendes-vous pour secourir votre capitaine? Mille saborts, Reveillez-vous donc!

    RépondreSupprimer