dimanche 20 mars 2016

Maître Coq, où êtes-vous ?

Blason de de Gundolsheim (Alsace)

Je suis à me préparer pour le grand voyage,
Celui qui glisse sur l'onde et se faufile entre
Les étoiles. Je fais de mon âme le nettoyage
Tout en me faisant de la Lumière le chantre.

Je ne suis qu'un pauvre plumeux, pas davantage ;
Toute ma vie j'ai cherché la poule aux oeufs d'or,
M'en faisant dans ma tête tout un savant montage.
L'on croit savoir et c'est la raison qui s'endort !

J'étais à me quêter tout ailleurs qu'en moi-même,
Allant et errant, distribuant les « je t'aime »
Mais ne récoltant que des choses la pesanteur.

Qu'ai-je à vouloir changer le décor de ce monde ?
Chaque génération qui vient tourne dans sa ronde !
Aux lourds parfums je préfère les divines senteurs.
_____

De gueules à un croissant renversé d'or, sommé d'une tête de coq de même.

3 commentaires:

  1. Ainsi, Maître Coq, vous n'avez jamais aimé! c'est bien triste.

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment? ça m'étonnerait. Plutôt "trop" aimé, mais le peut-on?
    Vous avez donné votre part d'amour, à chacun d'apporter la sienne.

    Garance

    RépondreSupprimer
  3. Trop aimé, c'est impossible Dame Garance, on n'aime jamais assez.
    Maître Coq pense que l'Amour est en lui-même: "J'étais à me quêter tout ailleurs qu'en moi-même,
    Allant et errant, distribuant les « je t'aime »
    Mais ne récoltant que des choses la pesanteur."
    Et il veut s'envoler vers "les divines senteurs".

    RépondreSupprimer