mardi 1 mars 2016

Les saints en héraldique : Catherine d'Alexandrie

Blason de Wolmirstedt (Saxe-Anhalt, Allemagne)

Selon Jacques de Voragine (1228-1298) en sa Légende Dorée, Catherine serait née vers 290 dans une famille noble d'Alexandrie, en Égypte. Elle acquiert rapidement des connaissances qui la placent au niveau des plus grands poètes et philosophes du moment : « Catherine, fille du roi Costus, fut instruite dans tous les arts libéraux.» Un jour, elle voit une séance d'apostasie de chrétiens organisée par l'empereur Maxence ; elle s'adresse à lui et « dispute longuement avec lui, en utilisant diverses démonstrations des syllogismes, l'allégorie, la métonymie et en parlant de claire et mystique façon ». Après un deuxième entretien, où Catherine tente de convaincre l'empereur de l'existence du dieu unique des chrétiens, celui-ci « constatant qu'il ne pourrait trouver de parade à la sagesse de Catherine, » convoque une assemblée de cinquante doctes grammairiens et rhéteurs, et leur promet d'« immenses récompenses s'ils triomphaient par leurs raisonnement de la vierge argumentatrice ».


Les orateurs, amenés de diverses provinces, demandent pourquoi ils avaient été appelés de lieux aussi éloignées.

« L'empereur leur dit : « Il y a auprès de nous une jeune fille incomparable de bon sens et de sagesse, qui réfute tous les savants et affirme que nos dieux sont des démons. Si vous arrivez à l'emporter sur elle, vous rentrerez chez vous avec de grands honneurs. » En entendant cela, l'un d'eux, indigné, répond d'une voix pleine de colère : « Belle décision pour un empereur ! Pour un différend avec une seule fille, il fait venir de pays lointains les savants de ce monde, alors qu'un seul de nos jeunes élèves pourrait très certainement la confondre ! »
La vierge, encouragée par un ange du Seigneur lui recommandant de résister avec constance, s'adresse à l'empereur devant les orateurs : « Par quelle décision peux-tu placer une seule jeune fille devant cinquante orateurs à qui, en outre, tu as promis salaire en cas de victoire, alors que tu m'obliges à combattre sans espoir de récompense ? ». Puis elle réussit à faire taire les orateurs par la pertinence de son argumentation, et à les convertir. L'empereur les fait aussitôt brûler au milieu de la cité.

Blason de Frankenberg (Saxe, Allemagne)

L'empereur, séduit par sa jeunesse et son « incroyable beauté » s'adresse ensuite à Catherine et lui propose une place dans son palais, en second rang après la reine. Elle répond : « Cesse de tenir de tels propos […] Je me suis donnée comme épouse au Christ [...] Rien ne pourra m'éloigner de l’amour que j'ai pour lui . ». L'empereur la fait alors dévêtir, frapper à coups de croc de fer, et jeter dans une prison obscure sans alimentation pendant douze jours.

L'empereur doit s'absenter. La reine et Porphyre, général des armées, qui est aussi son amant, se rendent dans la prison où ils voient des anges pansant les plaies de la vierge dans une lumière éclatante. Ils sont convertis avec les soldats de leurs suite. Pendant les douze jours, le Christ envoie une colombe blanche qui nourrit la prisonnière « d'un aliment céleste ». À son retour, l'empereur constate qu'elle est toute florissante, lui propose une nouvelle fois d'être sa compagne, ce qu'elle refuse à nouveau car « Le Christ est mon Dieu, mon amour, mon berger et mon époux unique. »

Un préfet conseille alors au roi un supplice féroce pour la vierge, afin que l'exemple de cette mort effraye les autres chrétiens. Quatre roues entourées de scies de fer et de clous doivent lui déchirer et broyer le corps. Alors la vierge pria le Seigneur de détruire cette machine. « Et voilà qu'un ange du Seigneur frappa et brisa cette meule avec tant de force qu'il tua quatre mille païens. »

Blason d'Altena (Westphalie, Allemagne)

La reine, son amant Porphyre, et un nombre important de soldats, ayant avoué leur conversion, sont tous tués. L'empereur propose une dernière fois à Catherine de devenir son épouse, cette fois-ci impératrice. Elle refuse et l'empereur la condamne à être décapitée. Quand elle est conduite au lieu d'exécution, elle prie Dieu et une voix se fait entendre « Viens, ma bien-aimée, ma belle ! Voilà : la porte du ciel t'est ouverte ». Puis, quand elle est décapitée, du lait jaillit de son cou en guise de sang.

Alors des anges prennent son corps, l'emportent jusqu'au mont Sinaï, à plus de vingt journées de voyage, et l'ensevelissent avec beaucoup d'honneurs. « De ses ossements s'écoule sans cesse de l'huile qui guérit les corps de tous les malades ».


Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique)

D'azur à la roue de Sainte-Catherine d'argent ; au chef d'argent chargé d'une croix ancrée de gueules accompagnée de deux mouchetures d'hermine de sable.

Sainte-Catherine (Pas-de-Calais)

Parti : au 1) de gueules à la croix ancrée d’or, au 2) d’argent à la roue de huit rayons de gueules brisée en chef.

Sainte-Catherine (Rhône)

De gueules à la bande ondée d'or chargée d'une bande ondée d'azur surchargée de deux poissons d'argent, celui de la pointe contourné, la bande accompagnée, en chef, d'une roue de Sainte Catherine brisée d'un quart senestre en chef, et, en pointe, d'un bâton de marche senestré d'une jonquille feuillée, le tout aussi d'or.

Oltingue (Haut-Rhin, Alsace)

D'argent à la demi-roue de sainte Catherine de gueules, aux lettres capitales O et B de sable posées en chef.

St Catharine's College Crest (Cambridge)
Berlin-Weißensee (Allemagne)
Stadt Steinau (Hesse, Allemagne)

Mindelaltheim (Bavière, Allemagne)


Stuttgart-Vaihingen, Gutenbach_& Garching (Allemagne)

Hora Svaté Kateřiny (République Tchèque)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire