mardi 8 mars 2016

Jeûne et abstinence

Peinture d'Eduard von Grützner (German, 1846–1925)

Après Mardi Gras, où l'on fit ultime bombance,
L'on entra en ce qui s'appelle Carême-Prenant
Qui fut pour plus d'un occasion de pénitence ;
L'événement est d'ailleurs toujours surprenant,

Notamment pour le Maître de Chais, frère Maurice.
Qu'à cela ne tienne, tout moine sait se faire guerrier
Et combattre de toute tentation les prémices ;
L'esprit se doit de tenir les sens contrariés.

Lors, le frère se proposa de faire sentinelle
Devant la futaille, par mesure compassionnelle.
« Ainsi m'assuré-je que nul n'en vienne à rompre

Cette période où prévalent le jeûne et l'abstinence ;
Car qui peut se croire à l'abri d'une négligence ?
N'est pas né celui qui me voudra corrompre ! »

3 commentaires:

  1. Peut-on vraiment faire confiance à Frère Maurice? N'est-ce pas un prétexte pour rompre la clôture et s'aller boire en suisse?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne pense pas, frère Maurice est un très bon vivant mais aussi un bon moine, malgré tout.

      Supprimer