mercredi 2 mars 2016

Elisabeth Reynaud - Amantes et Mystiques


La vraie mystique souvent calomniée, est le contraire d'une vierge pudibonde. Elle a passé toutes les épreuves de la chair. Elle s'y est consumée. Elle a reçu les baisers de l'amour dans les charniers de la vie. Rien ne lui fut donné. Elle a vaincu l'ennemi innombrable. Conquis les titres de l'au-delà. Ceux là même qui l'arrachent à sa condition. Elle est étrange, étrangère. Elle fait peur aux petits sages. Elle est seule. Quelle mort peut encore l'affecter ? Ni la sienne ni aucune autre. La mort est sa compagne. Les Dieux parlent par sa bouche. Lui soufflent des secrets. Les écailles de ses yeux tombent. Elle distingue partout la crasse. Le plus doux des parfums puent à ses narines exercées à d'autres éthers.

Elle oublie le langage courant. Doit faire un effort harassant pour le parler encore. Pense dans une autre langue qui est une musique rêvée dont les mots rendent mal compte. S'éloigne des cordes des règles et des lois. Sauf à s'y contraindre violemment. Elle les oublierait volontiers. Ils n'ont rien à voir avec la lumière qui l'aspire. Elle saisit le chant des étoiles et la paix du désert comme des signes familiers où se reconnaître. Eux seuls sont purs. Elle les voit comme des frères. "Mon frère le désert, mes soeurs les étoiles", murmure-t-elle, inconsciente. Elle sème son âme au coeur de la nuit. Sans regret. Ses pas ne la portent jamais qu'au pieds d'un ange endormi. Elle vient y déposer son fardeau. Mais elle repart avec. Ce n'était qu'une halte. Sa route est plus longue que tous les chemins de détresse. Plus épuisante, car elle y est seule. A perte de vue. Elle ignore la peur. La fatigue lui tord les reins. La solitude lui creuse le coeur. La bonne, c'est celle de l'univers. Elle voudrait ne plus rien dire. Elle ne fait que traduire le sens d'un langage à l'autre. Pour ne pas oublier l'usage des mots.
Elle est terrassée par la beauté de l'Amour. Fuit la laideur du jour privé de Lui.

Elisabeth Reynaud, Amantes et Mystiques

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire