mercredi 30 mars 2016

Cosmologie barbare

Toile de Christopher Walde

Les astres vagabonds sont aimés des poètes,
Surtout ceux dont le cours va vers un but fatal.
Je les vois parcourir les voûtes de cristal
Qui servent de barrière et de route aux planètes,

Je les vois s’envoler plus loin que des comètes,
Se lever à nouveau dans le ciel oriental,
S’approcher de Mercure aux fusions de métal
Et parcourir enfin une orbite complète.

Et mon observatoire est au fond du jardin,
Il a un sol de pierre et des murs de rondins,
Et l’on ne voit plus rien quand passent les nuages.

Mais j’aime être allongé au milieu de la nuit
Pour voir l’astéroïde où la vie se poursuit
De la plus belle fleur d’un lointain paysage.

Cochonfucius

3 commentaires:

  1. Quel plaisir de te retrouver ! On ne se connaît pas, on ne se verra sans doute jamais, mais j'espère que tu vas bien, ton absence m'inquiète.

    RépondreSupprimer
  2. Et surtout, quel magnifique sonnet encore !

    RépondreSupprimer
  3. Voir aussi

    http://lutecium.org/stp/cochonfucius/chronologie.html


    RépondreSupprimer